Le mercredi 18 août 2021, aux environs de 20 heures, un homme a été tué à coup de machette alors qu’il remorquait sur sa moto une femme qui revenait du marché hebdomadaire de Tibiri, dans la région de Maradi. La femme a, elle-même, été grièvement blessée à l’arme blanche mais a pu revenir sur ses pas afin d’alerter les forces de l’ordre.

 

Les faits se sont produits à environ 2 km de la ville de Tibiri, tout près d’une église bordant un chemin de terre qui mène au village de Madata. Les agresseurs ont dépouillé de leurs biens la femme et le motard avant de disparaître dans la nature. Des sources locales ont indiqué que l’homme ayant été abattu à coup de machette était âgé de 45 ans et portait le nom d’Abdoul Karim Balla. Il avait pour profession le transport par moto ‘’Kabou Kabou’’.

Quant à la femme qu’il transportait, une certaine Maria Issoufou, celle-ci, âgée de 55 ans, est commerçante de son état. Quand la police eut vent des faits, elle s’est, immédiatement, transportée sur les lieux et a trouvé le corps de l’homme gisant sur le sol dans une mare de sang.

Sa dépouille mortelle porte les stigmates de plusieurs coups de machette, notamment à la tête. Ses agresseurs, tout comme ils ont dépouillé la femme, l’ont aussi dépossédé de ses biens et emporté sa moto.

Ils sont, actuellement, activement recherchés par les forces de défense et de sécurité.

Tibiri est une ville du Niger située à près de 600 km à l’est de Niamey et se trouve dans une zone de la région de Maradi en proie à l’insécurité.  Des enlèvements de personnes avec demande de rançon, des vols de bétail et des attaques meurtrières sans mobiles clairs y sont réguliers.

La Commune de Tibiri est frontalière avec le Zamfara et le Katsina, deux Etats du nord Nigéria où sévissent de nombreux groupes armés spécialisés dans ces genres d’actes criminels.  Pour relâcher les personnes qu’ils enlèvent, ces groupes armés imposent aux familles le paiement de grosses sommes d’argent.

Il apparaît, alors, que c’est là, un business qui est en train de s’installer de part et d’autre de la frontière du Niger et du Nigéria, un business que combattent les deux pays avec la dernière énergie mais qu’il leur sera difficile à étouffer tant il est lucratif et attire de plus en plus de candidats à l’enrichissement facile et au crime.

L’insécurité au nord Nigéria a vidé de nombreuses localités de leurs habitants.

Beaucoup se sont réfugiés au Niger au même titre que bien d’autres de leurs compatriotes ayant fui les atrocités commises par Boko Haram dans l’extrême nord-est du pays, au niveau de l’Etat de Borno, à la lisière du Lac Tchad.

C’est cette insécurité au nord Nigéria qui a débordé au Niger pour toucher les régions frontalières de Diffa, de Tahoua et de Maradi.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR