Daoui Ahmet Baringaye est Président de l’Organisation de la jeunesse Tarayya (OJT), une organisation de masse du PNDS Tarayya. Dans l’entretien qui suit, il donne son point de vue sur la formation du Gouvernement, les premiers actes de Mohamed Bazoum comme Président de la République, Chef de l’Etat.

Niger Inter : Quelques jours après son investiture, le président de la République SEM Mohamed Bazoum a formé son premier gouvernement avec comme Premier ministre, chef de gouvernement Monsieur Ouhoumoudou Mahamadou. Quel commentaire vous inspire la composition de ce premier gouvernement ?

Daoui Ahmet Baringaye : Conformément aux exigences et protocoles de ses hautes charges, le Président Bazoum a nommé un Premier ministre, chef du gouvernement en la personne du camarade Ouhoumoudou, membre du Présidium du PNDS Tarayya et par ailleurs coordonnateur de la région de Tahoua. Sur proposition de ce dernier, le Président de la République a nommé les membres de l’équipe gouvernementale. De cette composition, on peut retenir de mon point de vue trois choses :

  • Sur le plan de sa taille, cette équipe est relativement réduite : 33 membres contre 44 dans le gouvernement précédent
  • Sur le plan de l’âge c’est une équipe majoritairement jeune ; en tout cas la moyenne est particulièrement à la baisse par rapport aux gouvernements précédents. C’est l’affirmation claire de la volonté présidentielle à permettre à la jeunesse de reprendre la place qui lui revient dans l’œuvre de construction nationale. En tant que jeune, nous ne pouvons qu’en être fiers. Nous félicitons le Président Bazoum pour cette confiance qu’il ne cesse de nous témoigner et nous l’encourageons à poursuivre dans cette dynamique.
  • Sur le plan de sa qualité, l’équipe est constituée des personnalités diverses dont l’engagement patriotique et les compétences sont connus de la majorité des nigériens. C’est incontestablement, une équipe qui jouit de toutes les qualités devant l’aider à faire face aux multiples défis auxquels notre pays fait face. C’est une équipe, qui à mon avis, saura aider le président Bazoum dans sa volonté de consolider et d’avancer vers l’émergence du Niger. C’est du moins, le souhait de succès que je formule au gouvernement.

Niger Inter : Dans les milieux politiques du PNDS et notamment au sein des jeunes, beaucoup pensaient voir le président de l’OJT dans ce gouvernement. N’êtes-vous pas déçu de ne pas en faire partie au regard de votre responsabilité politique ?

Daoui Ahmet Baringaye : Déçu dites-vous ? Non soyons  sérieux franchement. Il est vrai que tout citoyen aspire servir son pays à un niveau de responsabilité ou à un autre. Mais, là c’est du gouvernement de la République dont il est question. Je pense que la Nation va et est au-delà de notre petite personne. Au demeurant, ce n’est pas dans ma conception des choses de croire que je suis indispensable. Mon engagement militant est à l’image de celui du soldat. Et c’est toujours avec plaisir et détermination que je m’évertue à accomplir la mission que mon parti a toujours bien voulu me confier. Si vous considérez les autres militants comme des soldats d’une armée, vous comprenez aisément que tout le monde ne peut être appelé à la même mission en même temps. Une armée a toujours besoin de soldats en réserve.

Niger Inter : Un peu plus de 30 jours que le président Bazoum est aux commandes de l’Etat, que vous inspirent ses premiers pas ?

Daoui Ahmet Baringaye : J’ai noté avec grand plaisir ainsi que l’écrasante majorité de nos compatriotes que les premiers actes posés par le Président de la République sont exceptionnellement marqués du sceau de la simplicité, de la sobriété et surtout de cette forte expression de sa volonté à prendre en charge pleinement et efficacement le défi de la gouvernance. Ce défi, il faut bien le dire, sera le défi de son quinquennat.  C’est le défi qui détermine tous les autres et il est fort utile que nous comprenions la relation dialectique qu’entretient le défi de la gouvernance avec les défis de nos systèmes éducatif et sanitaire, de notre développement rural, de l’emploi des jeunes, de la pleine émancipation de la femme, de notre sécurité, de notre justice et de notre bien –être collectif. Il faut bien que nous puissions asseoir dans notre pays une gouvernance beaucoup plus vertueuse et nous convaincre une fois pour toutes que la mauvaise gouvernance accentue les inégalités lesquelles débouchent sur les frustrations et le sentiment d’injustice. Et conséquemment, les affres du chaos et de l’incertitude. Qu’Allah en éloigne bien notre pays. C’est cela la vision du Président Bazoum et j’en suis convaincu qu’il sera intransigeant dans sa volonté à gagner ce pari. Les nigériens dans leur ensemble doivent tout simplement l’accompagner. Il y va de notre intérêt à tous, il y va de l’avenir de notre nation.

Niger Inter : Nous sommes à la fin du mois béni de ramadan, quel message avez-vous à l’occasion de l’Aid Elfitr ?

Daoui Ahmet Baringaye : La Oumma a passé cette période de grande dévotion et d’adoration dans un contexte particulièrement préoccupant notamment sur le plan sécuritaire. Notre pays a fait l’objet de plusieurs attaques des hordes terroristes et criminelles. Je voudrais m’incliner devant la mémoire de nos compatriotes civils et militaires tombés sous les balles de l’ennemi. Je voudrais souhaiter un prompt rétablissement aux blessés.

Notre pays a plus que besoin de la cohésion et de l’unité de ses fils. Ensemble, continuons à prier Allah (SWT) afin qu’il fasse régner davantage de paix et de sécurité sur l’ensemble du territoire de notre pays. Prions pour qu’Allah veille sur nos soldats et qu’Il les accompagne de son invincible Puissance et qu’ils triomphent définitivement et pour toujours sur ces lâches criminels.

Qu’Allah gratifie notre pays d’un hivernage fécond et qu’Il inspire toujours nos dirigeants dans leurs délibérations afin que les décisions qu’ils prennent soient conformes aux intérêts de notre peuple.

Bonne fête, Barka da sallat wa kay yessi.

Propos recueillis par EMS

Niger Inter

GRATUIT
VOIR