Ce mardi 30 juin 2020, le Programme SHIGA (Sahel Human Voice in Governance Activity) de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) a organisé, dans la salle de conférence Tapoa de l’Hôtel Radisson Blu, un atelier autour du thème : « rôle et l’importance des institutions de redevabilité au Niger ».

 La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), Dr Sani Kabir, en présence d’un parterre de personnalités parmi lesquelles on peut citer l’ambassadeur des USA au Niger, SEM Eric P. Whitaker, des responsables des organisations de la société civile, des présidents des institutions de la République, etc.

Le Président du CSC a lancé les travaux de l’atelier en exprimant, tout d’abord, son immense et profonde gratitude à l’endroit de l’USAID qui finance le projet SHIGA tout en souhaitant voir « cette activité être le déclencheur d’un partenariat fructueux entre le CSC et le Projet FSVC-SHIGA ».

Dr Sani Kabir a, par la suite, expliqué le but recherché par le FSVC (Financial Services Volunteer Corps)-SHIGA et le CSC en organisant un tel atelier. Ils ont convenu de l’organiser, a-t-il indiqué, « afin de rassembler les Institutions essentielles de redevabilité et les organisations de la société civile au plus haut niveau pour connaître davantage les rôles et les domaines d’interventions de chacune ».

Il s’agit, en outre, de connaître les rapports desdites institutions avec les populations, la contribution de la société civile et « créer un espace d’engagement entre acteurs autour des thématiques clés où il sera question des principes de base qui guident institutions et OSC à savoir : le principe de bonne gouvernance, le rôle des institutions de redevabilité, la place et le rôle du citoyen dans la redevabilité, le rôle de la société civile dans la redevabilité, comment soutenir la bonne gouvernance , comment le citoyen peut-il accéder à ces institutions de redevabilité  », a expliqué le patron du CSC.

Prenant la parole en premier, l’ambassadeur des Etats-Unis au Niger a souligné, d’abord, que c’est entre 2016 et 2018, suite à « des consultations à grande échelle avec des institutions publiques, des partenaires au développement, et des membres de la société civile nigérienne » que le programme SHIGA a été développé.

Conçu et financé par l’USAID, il a pour objectif, selon Eric P. Whitaker, « de soutenir les politiques publiques qui font la promotion du développement économique et social en renforçant la capacité des institutions étatiques et des organisations de la société civile et en créant des espaces d’engagement pour un dialogue constructif ».

L’objectif du programme SHIGA s’articule autour de trois composantes conceptualisent, d’après l’ambassadeur US. Il s’agit de l’assistance technique aux organisations de la société civile pour accroître leur capacité à plaider pour un changement positif, du soutien aux institutions gouvernementales ciblées afin de renforcer leur efficacité et leur transparence dans la mise en œuvre des politiques publiques et de la création ou du soutien aux espaces d’engagement constructif entre les citoyens, la société civile et l’Etat pour identifier et mettre en œuvre les priorités politiques ciblées.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR