Un atelier national de validation de l’avant-projet de la Loi portant orientation du système éducatif nigérien (LOSEN révisée) s’est tenue du 26 au 28 août 2021 à Dosso. Organisé par le Ministère de l’Education nationale avec le soutien de CounterPart International, l’atelier vise l’enrichissement de cette Loi, la LOSEN, adoptée en juin 1998.

À travers l’organisation de cet atelier, le Ministère de l’Education Nationale s’est fixé pour objectif, de mettre en cohérence et de mieux contextualiser les actions menées par l’ensemble des ministères et institutions intervenant dans le domaine de l’éducation et de la formation, d’une part. D’autre part, il s’est agi de se conformer aux orientations stratégiques définies par le Gouvernement.

Il faut souligner qu’avant la tenue de cet atelier, un comité technique, constitué de hauts cadres du secteur de l’éducation et de la société civile avec l’appui du Haut Commissariat à la Modernisation de l’Etat a proposé des réformes sur la LOSEN, ce qui a permis d’accroître l’offre et d’améliorer la qualité de services éducatifs.

Les travaux de ce comité ont abouti à l’avant-projet de la LOSEN qui a été  soumis à l’atelier de Dosso en vue de recueillir l’appréciation et la validation des participants, avant sa transmission au Gouvernement pour adoption.

Pour mémoire, le Niger s’est doté de la Loi n°98-12 du système éducatif nigérien, communément appelée LOSEN. Depuis l’adoption de cette loi, le système éducatif nigérien a adopté plusieurs réformes, notamment le PDDE avec ses trois composantes, à savoir « Accès-Qualité-Développement institutionnel » et la question de l’EPT (éducation pour tous). De même, le pré scolaire, l’enseignement et la formation professionnelle ont connu des transformations dans la politique éducative. Il en est de même pour l’enseignement supérieur qui a vu la création de plusieurs universités et des IUT ainsi que la création des universités privées. La  liberté d’association dans le secteur de l’éducation n’est pas en reste, notamment la création de la section lycée et collège de l’USN et la création des syndicats des enseignants contractuels.

Au regard des différentes réformes du système éducatif nigérien, il est nécessaire de réviser la LOSEN afin de prendre en compte les observations et suggestions des acteurs du secteur de l’éducation. On retiendra par exemple que la LOSEN fait de la gratuité de l’école aux enfants de quatre à dix-huit ans, une priorité. Mais depuis quelques années, la gratuité est assurée uniquement aux enfants de quatre à seize ans.

Almoustapha Aboubacar

Niger Inter

GRATUIT
VOIR