L’un des meetings les plus marquants organisés par le Président du PNDS Tarayya dans la Région de Maradi est, sans conteste, celui tenu à Mayahi au vu des sujets abordés et de la très forte mobilisation populaire. Le 29 août dernier, en effet, dans cette localité du nord-est de Maradi, Mohamed Bazoum a été accueilli en grande pompe, dans une parfaite ferveur militante et une liesse populaire haute en couleur. L’accueil a été vraiment grandiose qu’il l’a profondément marqué.

Il ne put, d’ailleurs, s’empêcher de reconnaître qu’au vu de « la forte mobilisation des populations que nous avons observée ici à Mayahi et partout où nous sommes passés, ma délégation et moi-même, nous ne pouvons que dire Dieu merci. Nous ne pouvons que dire merci pour cette très grande considération que vous nous accordez ».

Ce qui est significatif d’une grande fierté pour le Président du PNDS Tarayya. Une fierté qu’il n’a pas cessé d’exprimer tout au long du discours qu’il a prononcé à l’occasion du meeting de Mayahi. Devant une foule immense, il a, tout d’abord, commencé par expliquer les motifs de son déplacement.

D’après lui, celui-ci « participe d’une tradition solidement ancrée dans le fonctionnement de Tarayya, un principe adopté par ses leaders qui consiste à partir en tournée dans les villes et villages à la rencontre des militants et des sympathisants ».

Pour Mohamed Bazoum, c’est le Président Issoufou Mahamadou, alors qu’il était à l’opposition et président de notre parti, qui a initié ce principe pour avoir effectué beaucoup de déplacements pareils à celui-ci afin d’expliquer ce que c’est le PNDS Tarayya, quels sont les objectifs de celui-ci et quelles ambitions mûrit-il pour le pays.

« Il l’a fait en permanence jusqu’à son accession au pouvoir. Aucun leader politique n’a fait la moitié et, d’ailleurs, même le tiers de ce que Issoufou Mahamadou a fait en termes de visites de proximités avec nos populations », a indiqué le leader du parti rose.

Mohamed Bazoum a, par ailleurs, souligné que tous les engagements pris par le Président Issoufou procèdent de sa connaissance profonde de tous les véritables besoins des populations qu’il a visitées. Des engagements qui, pour beaucoup, ont été respectés, a-t-il souligné.

Le Président du PNDS Tarayya a ajouté que « depuis son accession au pouvoir, le Président Issoufou a fourni des efforts titanesques qui ont permis à notre pays de progresser ».  Ce qui l’a conduit à énumérer tout un chapelet de réalisations en termes de routes construites et autres infrastructures structurantes réalisées par le Président de la République partout dans le pays.

A Mayahi, les routes sont, en réalité, un besoin vital sans cesse exprimé dès l’aube des indépendances jusqu’à nos jours. Il a fallu l’arrivée du Président Issoufou à la magistrature suprême pour que celle qui mène à cette localité soit bitumée à la grande satisfaction de ses habitants et ceux de toutes les localités desservies. C’était une promesse qu’il a faite à Mayahi et qu’il a tenue comme il a fait pareil pour beaucoup d’autres dans toutes les régions du Niger.

Au-delà des routes construites, de nouvelles vont bientôt être réalisées, a précisé Mohamed Bazoum.  « Quand nous sommes arrivés ici, nous avons entendu des plaintes relatives à la voie latéritique qui va d’ici à Atantané, Guidan Amouman jusqu’à Dingoma. Soyez en rassurés que le financement est acquis pour cette route et sa construction va commencer très bientôt. Nous allons, aussi, construire la route qui va de Mayahi à kanan Bakaché, Tessaoua jusqu’à la frontière du Nigéria ».

Le PNDS Tarayya et les autorités en place aux Niger accordent une importance toute particulière aux routes car, d’après Mohamed Bazoum, celles-ci représentent un secteur vital pour le développement du pays. « Et, sur ce plan, nous pouvons dire avoir beaucoup fait depuis l’accession de notre parti au pouvoir et cela nous réjouit énormément ».

Un autre sujet sur lequel le leader du parti rose s’est beaucoup appesanti à Mayahi, c’est justement la question sécuritaire. « Une grande insécurité règne du fait du terrorisme dans l’espace sahélo-saharien et le Niger est entouré par des zones où des groupes terroristes sont implantés comme le Bassin du Lac Tchad, la Lybie et la Zone des 3 Frontières », a-t-il expliqué.

Des mesures idoines ont été prises en conséquence pour parer la menace terroriste. « Quand nous sommes arrivés au pouvoir, nous avons multiplié l’effectif de nos forces armées par deux fois et demi et les avons dotées par cinq fois plus de moyens », a souligné Mohamed Bazoum.

En effet, plus que par le passé, les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de notre pays disposent de moyens conséquents pour faire face à la menace terroriste. Le Niger reste un havre de paix malgré qu’il soit de tout côté entouré par des foyers d’extrémisme violent.

Il a souvent été menacé et connu des attaques meurtrières mais nos FDS tiennent bon et garantissent l’entière intégrité de notre territoire. Aucune portion de notre pays n’est occupée par quelque groupe djihadiste que ce soit.

La tournée de proximité du Président du PNDS Tarayya a drainé des foules immenses et acquis un tel enthousiasme de la part des populations de tout le pays qu’elle fait grincer les dents dans certains milieux politiques.

Et, d’ailleurs, selon toute vraisemblance, les fiefs incontestés de nombreuses formations politiques tombent un à un sous le charme du Président Mohamed Bazoum de telle sorte que l’inquiétude et la jalousie gagnent les cœurs de ceux qui espèrent conquérir le pouvoir tout en restant dans leur zone de confort à Niamey.

« Depuis la création du PNDS Tarayya, nous ne sommes jamais restés à la maison et espérer que les populations nous suivent. Le Président Issoufou s’est énormément déplacé et les coordinateurs des structures de base ont aussi fait de même. Ici-même, les responsables de la coordination régionale de Maradi ont, chaque année, fait le tour de la Région pour entretenir le parti. Au début de la démocratie, nous n’étions même pas la seconde formation politique ! Aujourd’hui, nous sommes le premier parti et, entre nous et le second, une grande distance nous sépare », a rétorqué le leader rose, excédé par la mauvaise foi de ses adversaires de l’opposition.

Ces derniers l’accusent d’être entré en campagne électorale sans que celle-ci soit officiellement ouverte. « Notre succès actuel relève uniquement du seul travail que nous faisons pour entretenir notre parti politique. Nous faisons chaque fois des tournées pour rencontrer nos militants et sympathisants, voir dans quelles conditions ils vivent, quels sont leurs besoins afin de faire le travail qui leur est profitable. C’est ça le PNDS Tarayya dès au départ. Nous n’empêchons personne de sortir », a-t-il laissé entendre.

Parlant de certains leaders de l’opposition qui quittent Niamey pour faire des activités politiques à l’intérieur du pays, Mohamed Bazoum n’a pas manqué de s’étonner de ceux qui se rendent dans une localité comme Mayahi et organisent leurs réunions politiques dans une chambre. « Est-ce que c’est de notre faute ? », s’est-il demandé.  Il les encourage par contre à faire pareil que lui en organisant des meetings partout où ils veulent, personne ne les en dissuadera.

« Ils n’ont qu’à faire leurs vociférations, nous n’en sommes en rien concernés. J’irai dans toutes les communes du Niger et je vais réunir des gens par milliers », a-t-il martelé. « Je n’ai rien fait à personne. Lorsque nous étions à l’opposition, pendant 20 ans, nous ne nous sommes jamais plaints de qui que ce soit pour s’être rendu dans le Niger profond saluer ses partisans. Personne aussi ne s’embêtait que nous, en tant que PNDS Tarayya, sortions dans les villes et les villages pour fraterniser et saluer nos militants. Ou bien c’était parce qu’à l’époque nous n’étions pas représentatifs ? Celui qui, à l’époque, se moquait de nous, qu’est-il devenu à présent ? »

Le Président du PNDS Tarayya s’est, aussi, offusqué de la posture de ceux qui, par le passé, s’étaient retrouvés à la tête de grands partis. « Ils n’ont rien pu en faire que de les laisser en désuétude ! Ils sont comme le garçon qui a reçu de son père un héritage et ignore les efforts fournis par celui-ci pour accumuler tant de richesse, il la néglige et finit par se retrouver sans rien du tout », a renchéri Mohamed Bazoum.

Il a fini son allocution en tenant informés tous ceux qui s’agitent pour jeter l’anathème sur les militants et dirigeants du PNDS Tarayya à propos de l’apparente richesse qui est la leur que « notre parti, nous l’avions bâti nous-mêmes. Toutes les richesses que nous possédons procèdent de notre unique effort. Nous n’avions rien ramassé, rien hérité, ni volé. Nous avons seulement travaillé et nous ne faisons que récolter les fruits de notre labeur. Celui qui n’est pas d’accord avec ça, doit se lever et travailler comme nous. S’il est sérieux comme nous, certes, il connaîtra du succès comme nous. Est-ce à nous de faire de certaines personnes vraiment sérieuses ? Sommes-nous Dieu ? Aucunement pas ! »

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR