L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) à présenté hier matin à son siège deux réseaux de trafiquants qui se connaissent bien et opèrent ensemble dans la ville de Niamey.

A l’espace d’une semaine, cette institution spécialisée dans la répression du trafic illicite des stupéfiants a appréhendé deux réseaux de trafiquants, tous de nationalité nigérienne avec une moisson de 82 briques de cannabis d’un poids de 82,5kg et 4000 comprimés de tramadol et deux véhicules.

Ces saisies auxquelles s’ajoutent plusieurs autres effectuées par les antennes OCRTIS au niveau déconcentré dénotent de l’ampleur du trafic de drogue au Niger. Rien que pour la première décade du mois de juin, plus de 20.640 comprimés de ryvotril, 11.849 comprimés de Diazépam ont été saisis dans la région de Dosso, 4500 comprimés de diazépam dans la région de Diffa pour ne citer que cela.

C’est pourquoi en tant qu’unité mixte, cet office rappelle à la population les conséquences du trafic de drogue sur la santé, l’économie, et la sécurité et l’invite par la même occasion à une meilleure collaboration avec ses services afin de mettre fin à cette pratique nuisible.

O G

Avec le service communication de l’OCRTIS

Niger Inter

GRATUIT
VOIR