Edouard Kodjovi Kodjo, plus connu sous le nom d’Edem Kodjo, est né le 23 mai 1938 à Sokodé en République Togolaise. Il vient de disparaître le 11 avril 2020 à Neuilly-sur-Seine en France, victime d’un accident vasculaire cérébral. Il était hospitalisé depuis plusieurs mois à l’hôpital américain de la région parisienne. Edem Kodjo, homme politique togolais et intellectuel africain de renom, était un fervent panafricaniste qui a joué un grand rôle dans le cadre la réalisation de l’unité de notre continent.

Très brillant et méthodique, il devint le Secrétaire Général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) de 1978 à 1983. Malheureusement, Gnassingbé Eyadéma, le président togolais d’alors, s’opposa à son action, voyant en lui un éventuel concurrent politique qui risquerait de lui faire ombrage au Togo. D’où, il ne fit qu’un seul mandat à la tête de l’organisation.

Cette mésentente tout à fait sourde avec l’exécutif de son pays le poussa à s’exiler en France où il devint enseignant à l’Université de Paris-1-Sorbonne.

Le vent de la démocratie qui souffla sur les pays africains au début des années 1990 a été une occasion pour cet illustre homme d’Etat de regagner son pays natal où il créa un parti politique, l’UTD (Union Togolaise pour la Démocratie).

C’est en tant qu’unique candidat de l’opposition qu’il se présenta aux élections présidentielles de 1993, élections présidentielles qu’il boycotta à cause de leur manque de transparence. Cependant, son parti finit par s’allier au Rassemblement du Peuple Togolais (RPT), parti au pouvoir, après les législatives de 1994. Le Président Gnassingbé Eyadéma nomma, alors, Edem Kodjo comme Premier Ministre d’avril 1994 à août 1996, poste qu’il occupa, bien plus tard, du 9 juin 2005 au 20 septembre 2006 sous l’actuel Président de la République Togolaise, Faure Eyadéma.

Economiste de formation et diplômé de l’ENA de Paris, il eut, après ses études, à occuper, entre autres prestigieux postes, celui de Gouverneur du Fonds Monétaire International (FMI) de 1967 à 1973 et de Banque Africaine de Développement (BAD) de 1973 à 1976.

Pendant ses années d’exil, Edem Kodjo se fit connaître dans le milieu des grands intellectuels africains mais aussi français grâce à un essai de haute portée critique : ‘’Et demain l’Afrique’’ paru aux Editions Stock en 1985. ‘’Et demain l’Afrique’’ reste encore, à nos jours, une œuvre de référence pour beaucoup d’étudiants et de personnalités intellectuelles du continent africain.

Dans cette œuvre, Edem Kodjo attire l’attention, essentiellement, sur la seule lutte qui vaille pour la survie collective des africains, celle qui a pour objectif la réalisation d’une unité concrète de l’Afrique.

Avec sa mort, « l’Afrique a perdu un personnage illustre. Panafricaniste, ancien secrétaire général de l’OUA, ancien Premier ministre du Togo et intellectuel raffiné, il a énormément contribué à une Afrique pacifique. Triste nouvelle pour le continent. Condoléances au peuple togolais », pour citer le Président de la République de Namibie, Hage Geingob.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR