Le 11 septembre de cette année marque le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001. Malgré des progrès encourageants enregistrés dans la lutte contre le terrorisme grâce à la coopération internationale, vaincre le terrorisme reste encore un long chemin à parcourir.

 De nos jours, les attaques terroristes sont encore fréquentes dans le monde, et plusieurs pays font face encore à la menace sérieuse du terrorisme. Dans la région du Sahel, des groupes terroristes dont l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) et Boko Haram sont loin d’être éliminés.

Récemment au Niger, les villages de Darey dey et Baroua ont fait l’objet des attaques terroristes et de nombreux civils innocents sont tués par des terroristes. Le terrorisme est une tumeur pour la société humaine, qui menace gravement la vie et les biens des êtres humains.

La lutte contre le terrorisme est une nécessité pour tous les pays, car sans sécurité, il n’y a pas de vie tranquille pour le peuple, et encore moins de développement économique et social.

 La Chine attache toujours une grande importance à la sécurité nationale, et lutte fermement contre le terrorisme sous toutes ses formes. Les grands esprits se rencontrent. Le Président Bazoum, chef de l’Etat nigérien, fait aussi de la sécurité une priorité de sa politique. En même temps, la Chine prend une part active à la coopération internationale sur la lutte contre le terrorisme et y apporte sa propre contribution. La Chine soutient toujours les efforts des pays membres du G5 Sahel visant à lutter contre le terrorisme et préserver la sécurité régionale. Pour ce faire, la Chine a décidé de fournir une aide militaire au G5 Sahel dont le montant est de 300 millions de yuans Renminbi (équivalent de 47 millions de dollars américains), celle pour le Niger est de 60 millions de yuans Renminbi (équivalent de 9,3 millions de dollars américains).

Le développement est essentiel pour éradiquer le terrorisme, car la pauvreté constitue le terreau fertile pour le terrorisme. Le désespoir dans la vie pousse souvent les gens surtout des jeunes à être attirés par l’extrémisme. Pour éradiquer le fléau qu’est le terrorisme, il faut absolument avoir un développement économique et social en luttant contre la pauvreté absolue.

Si l’opération Barkhane n’a pas obtenu des résultats satisfaisants, c’est parce qu’elle ne traite que le symptôme du terrorisme et n’a pas attaqué à la racine de cette maladie. Tant que la pauvreté persiste dans la région, les organisations terroristes peuvent toujours recruter des jeunes même des enfants pour renforcer leur force. A ce sujet, la Chine a mis en œuvre une stratégie globale, soit s’attaquer à la cause profonde du terrorisme tout en traitant les symptômes. Cette année, la Chine a sorti de la pauvreté l’ensemble de la population rurale vivant sous le seuil de pauvreté.

 A son arrivée au pouvoir, le Président Bazoum a également proposé le « Programme de la Renaissance acte III » pour promouvoir le développement national. Là, c’est une stratégie efficace pour éradiquer le terrorisme. En tant que premier investisseur et premier partenaire dans le domaine des travaux publics et deuxième partenaire commercial du Niger, la Chine a apporté ses contributions au développement économique et social du Niger. Actuellement, la Compagnie chinoise CNPC est chargée de la construction de la deuxième phase du projet Agadem, ce projet va certainement accélérer le développement du Niger.

La déradicalisation est la clé pour la prévention du terrorisme. Souvent des gens, surtout des jeunes sont trompés par des idées radicales et deviennent par conséquent des outils des activités terroristes. Ils en sont aussi victimes. Par exemple en Chine, la population de la région autonome ouïghour du Xinjiang ont souffert du terrorisme depuis longtemps. Les séparatistes, les extrémistes et les terroristes ont planifié et perpétré des milliers d’activités terroristes, mettant en péril les droits fondamentaux de la population du Xinjiang, notamment la vie, la propriété et la liberté de croyance religieuse. En vue de préserver la stabilité et le développement au Xinjiang, le gouvernement chinois a pris une série de mesures visant à la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation conformément à la loi, créant des centres d’éducation et de formation professionnels pour ramener les personnes trompées par les idées radicales à la raison et pour les aider à maîtriser des compétences professionnelles. Les faits démontrent que ces mesures sont efficaces. Il n’y a aucun cas de terrorisme violent dans la région du Xinjiang depuis plus de quatre ans. Tous les groupes ethniques s’entendent en harmonie et vivent heureux dans une société sûre, stable et de plus en plus prospère.

Cependant, certains pays occidentaux ont qualifié le “centre d’éducation et de formation” de “camp de concentration”, cette allégation sensationaliste est une manœuvre politique au mépris total de la réalité. Depuis un certain temps, à l’aide d’une organisation antichinoise appelée “Congrès mondial des Ouïghours”, un prétendu “Tribunal ouïghour” a été établi. En fait, les soi-disant témoins de ce tribunal sont des terroristes reconnus par le gouvernement chinois. Ce tribunal est illicite et voué à l’échec. Certains pays occidentaux accusent la Chine du “génocide” au Xinjiang, c’est irresponsable et ridicule. S’agissant du génocide, l’ONU a une définition très stricte. En fait, la population ouïghoure au Xinjiang ne cesse d’augmenter avec une croissance qui dépasse de loin celles de la population totale et de l’ethnie han dans la région. Existe-t-il un tel génocide dans le monde? La porte de la région du Xinjiang est toujours ouverte, depuis 2018, plus de 90 groupes venant d’une centaine de pays ont visité Xinjiang. Plus de 1400 personnalités étrangères ont vu de leurs propres yeux ce qui se passe réellement au Xinjiang. Ils ont tous reconnu que le centre d’éducation et de formation du Xinjiang joue un rôle très important dans la déradicalisation. Leurs témoignages sont-ils moins convaincants que les mensonges fabriqués? La stabilité, la prospérité et le développement du Xinjiang sont la meilleure réponse à ceux qui diabolisent la Chine.

Le terrorisme est un défi commun pour la communauté internationale. Il faut refuser deux poids deux mesures. La Chine a trouvé une voie adaptée à ses réalités nationales pour lutter contre le terrorisme et la radicalisation grâce à des efforts constants. La Chine est disposée à partager ses expériences et travailler ensemble avec la communauté internationale pour renforcer la coopération sur la lutte contre le terrorisme.

SEM JIANG Feng, ambassadeur de la République populaire de Chine au Niger

Niger Inter

GRATUIT
VOIR