Le Mardi 31 août 2021, à l’Hôtel Radisson Blue de Niamey, a débuté la Réunion Extraordinaire des Ministres de la Défense et des Chefs d’Etat-major Généraux du G5 Sahel. Ont pris part à ce sommet, outre les Ministres de la Défense et les Chefs d’Etat Majors Généraux des Armées des pays du G5 Sahel, le Commandant de la force conjointe du G5 Sahel, des représentants des missions diplomatiques accréditées dans notre pays et divers autres invités.

Plusieurs allocutions ont été prononcées au cours la cérémonie d’ouverture, notamment, celle du Ministre de la Défense Nationale du Niger, Al Kassoum Indatou, celle de son homologue tchadien, le Ministre délégué à la Présidence du Conseil, chargé de la Défense Nationale, des Anciens combattants et des Victimes de guerre, Mr Daoud Yaya Brahim et celle du Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU auprès du G5 Sahel, EL Ghassim WANE.

De prime abord, l’honneur est revenu au Ministre nigérien de la défense de prononcer le discours de bienvenue, discours dans lequel il a commencé par souligner tout le plaisir qui est le sien d’accueillir en terre nigérienne la présente rencontre.

Al Kassoum Indatou a souhaité, en tant qu’hôte de la réunion, « au nom des plus hautes autorités nigériennes, avec à leur tête, SEM Mohamed Bazoum, Président de la République du Niger, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées et à mon nom propre, la chaleureuse bienvenue en terre nigérienne ».

Les pays membres du G5 Sahel font face à une difficulté majeure, celle du terrorisme et ses conséquences sur le plan sécuritaire et humanitaire.

D’après le Ministre nigérien de la Défense Nationale, « la situation sécuritaire sur l’ensemble de notre espace commun reste imprévisible et volatile. Elle demeure particulièrement préoccupante dans le fuseau centre de la Force Conjointe du G5 Sahel, communément appelée région de trois frontières ou Liptako-Gourma, avec la menace persistante et croissante des activités des groupes armés terroristes, notamment, le Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) et l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS). »

Cette situation préoccupante, caractérisée par des attaques sanglantes contre les populations civiles et les FDS, risquerait de se compliquer davantage avec une donne qui se met en place avec le retrait annoncé de la Force Barkhane du nord du Mali.

Pour Al Kassoum Indatou, au cours de cette réunion extraordinaire de Niamey, il s’agira « de définir une nouvelle approche à adopter pour minimiser les conséquences que pourrait engendrer cette nouvelle donne sécuritaire. Plus spécifiquement, il s’agira de revisiter le concept stratégique de la Force Conjointe du G5 Sahel afin de l’adapter au contexte sécuritaire actuel en coordination avec les FDS nationales et les forces partenaires en présence. »

Prenant la parole à son tour, le Représentant Spécial du SG de l’ONU auprès des pays du G5 Sahel, le mauritanien EL Ghassim WANE, a, en ce qui le concerne, essentiellement, axé son intervention sur l’entière disponibilité de son Organisation à accompagner le G5 Sahel dans son combat contre le terrorisme. Il a, aussi, profité de l’occasion pour faire un rappel exhaustif de divers appuis que l’organisation mondiale a apporté aux pays du G5 Sahel.

De son côté, le Ministre tchadien délégué à la Présidence du Conseil Militaire de Transition, chargé de la Défense Nationale, des Anciens combattants et des Victimes de guerre, Mr Daoud Yaya Brahim , dont le pays assure la présidence du G5 Sahel et à qui l’honneur est revenu de prononcer le discours d’ouverture de la réunion extraordinaire, a indiqué que la rencontre de Niamey « a pour but d’échanger sur la nouvelle dimension de la lutte contre les groupes armés terroristes dans la bande du Sahel , plus précisément, dans les différents fuseaux composants les théâtres des opérations de la Force Conjointe G5 Sahel ».

Selon lui, la décision française de reconfigurer de la Force Barkhane « nécessite des dispositions utiles et urgentes à prendre pour apporter des réponses adéquates à la Force Conjointe G5 Sahel afin de lui permettre de garder l’élan et continuer à remplir efficacement les missions qui lui sont assignées. Cette nouvelle donne ne doit en aucun cas impacter négativement les missions dévolues à la Force Conjointe G5 Sahel ».

Au terme des assises de Niamey, il est attendu d’importantes recommandations qui, immanquablement, seront soumises à l’appréciation des Chefs d’Etat et de Gouvernement afin que la Force Conjointe G5 Sahel ait les moyens nécessaires à l’accomplissement de ses missions.

Mr Daoud Yaya Brahim a, enfin, souhaité qu’une réunion trimestrielle des Ministres en charge de la défense et des Chefs d’Etat-major Généraux des Armées soit instituée afin de maintenir un contact permanent pour encadrer la Force Conjointe G5 Sahel sur la plan stratégique.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR