Candidat malheureux au second tour de la présidentielle du 21 février 2021, le président du RDR Tchanji, Mahamane Ousmane est dans une situation politique assez ambigüe.  D’abord, abandonné par son allié principal, il n’a jusque-là pas reconnu la victoire de son challenger Mohamed Bazoum, s’accrochant derrière un hypothétique contentieux électoral dont lui-même n’y croit objectivement pas quant à l’issue de la requête introduite devant cette Cour par son avocat.

Ensuite, l’homme n’est plus « considéré » au sein de la Coalition politique de l’opposition (CAP20/21, ACC, FRC et Alliés) qui lui a permis d’être au second tour de l’élection présidentielle passée. La dernière sortie médiatique en date du 27 juillet 2021 de la coalition de l’opposition en dit long sur le malaise qui prévaut dans le rang des partis politiques ayant soutenu la candidature de Mahamane Ousmane au premier et deuxième tour de l’élection présidentielle de 2020-2021.  L’absence la plus remarquée à l’occasion de cette déclaration a été sans conteste celle du Moden Fa Lumana. Aucun responsable de ce parti n’a été aperçu à cette déclaration.

Pour cette formation politique, Mahamane Ousmane est devenue « persona non grata ». Il ne représente plus rien pour les partisans de Hama Amadou qui pourtant, étaient au devant de sa candidature pour la conquête du fauteuil présidentiel face à Mohamed Bazoum.

Et même si de façon officielle cette rupture de banc entre Ousmane et l’autorité morale de Lumana n’est pas encore actée, des indices renseignent à suffisance que cette cassure y est déjà. D’ailleurs, elle a suffisamment été rapportée dans les interventions, sur les réseaux sociaux et dans la presse, de certains « communicateurs » du Moden Fa Lumana.

Comme si les dieux de la politique lui ont complètement tourné le dos, le président du RDR Tchanji ne peut également prétendre au statut de Chef de file de l’opposition politique nigérienne avec son nombre étriqué de 7 députés à l’Assemblée nationale,

 Un statut qui revient d’office au Moden Fa Lumana qui compte le plus grand nombre de députés dans le rang des partis politiques de l’opposition, représentés à l’Assemblée nationale.

cette situation de dépaysement politique dans laquelle végète le candidat malheureux au second tour de la présidentielle passée risquerait de faire mouche au sein de sa formation politique, surtout chez les jeunes cadres du RDR Tchanji qui ont cru à Mahamane Ousmane et à sa vision politique, mais qui aujourd’hui, se retrouvent sans repère, suspendus à leur propre sort politique, alors qu’ils ont tous adhéré à ce parti pour construire une carrière politique.  Pour le cas des militants de base, ils sont nombreux, depuis la débâcle de leur président, à prendre leur distance vis-à-vis du RDR Tchanji, car eux-mêmes ne croyaient plus à leur leader.

Telle est aujourd’hui la malheureuse situation politique de Mahamane Ousmane qui assiste impuissant à son total rejet au sein de la coalition politique qui l’a pourtant aidé à se ressusciter sur l’échiquier politique national. Ses laudateurs d’hier, non contents de l’avoir poussé à franchir le Rubicond, ont vite désespéré de lui. Triste fin d’un ancien Président de la République.

 Oumar Issoufa  

Niger Inter Hebdo N°33

Niger Inter

GRATUIT
VOIR