Zakou Boubacar est Chef de la division imprimerie, documentation, diffusion et archives au sein de la Direction de la coordination et du management de l’information statistique (DTMUS) à l’Institut national de la statistique (INS). Membre de la mission de sensibilisation qui a fait le tour des 8 régions du Niger, il nous brosse ici l’objectif et l’importance de l’Enquête sur la fécondité et la mortalité des enfants de moins de 5 ans.

Niger Inter : Quelle est l’importance de l’Enquête Nationale sur la Fécondité et la Mortalité des Enfants de moins de cinq ans (ENAFEME 2021)

Zakou Boubacar : L’objectif principal de cette enquête est de contribuer à la mise à jour des principaux indicateurs sociodémographiques du Niger. En effet, elle permet de déterminer le niveau réel et actuel de la fécondité au Niger, de déterminer le niveau de la mortalité des enfants de moins de cinq (5) ans, et d’identifier leurs déterminants.

Cette enquête permettra ainsi, au Gouvernement et aux partenaires de disposer des données fiables, à jour et de qualité et leur permettant d’intégrer ces éléments dans les politiques et programmes de développement durable. Ainsi ces données permettront au Gouvernement du Niger d’améliorer les conditions de vie des ménages, notamment par rapport à la santé de la femme et de l’enfant, l’éducation, l’accès à l’eau, à l’électricité, à l’assainissement.

Niger Inter : Quel est votre message transmis aux différentes populations visitées ?

Zakou Boubacar : Lors de nos passages dans les différentes localités visitées, après avoir expliqué aux populations, l’importance et l’utilité de la collecte des données et la nécessité de répondre aux questionnaires ; nous leur avons demandé de :

  • faciliter l’accès des villages et des ménages aux équipes de collecte des données de l’ENFEME 2021 ;
  • prendre patience face aux nombreuses et utiles questions qui leurs seront posées ;
  • fournir aux agents enquêteurs des informations fiables pour assurer la qualité des données recueillies ;
  • garder la même attitude à l’égard des agents de collecte de l’INS lors des autres enquêtes ou recensement à venir ;
  • adhérer, coopérer et aider l’INS dans la collecte des données.

Niger Inter : Pouvez-vous nous parler du déroulement de l’enquête sur le terrain ?

Zakou Boubacar : Comme nous l’avons déjà expliqué aux populations, une enquête est différente d’une opération de Recensement Général de la Population. Le recensement Général se fait de porte en porte et de manière exhaustive sur toute l’étendue du territoire. Par contre, l’enquête se déroule à partir d’un échantillonnage. Des grappes et des ZD sont tirées et à l’intérieur de celles-ci, les agents enquêteurs procèderont à de dénombrement, puis de tirage de ménages à enquêtés selon des techniques appropriées. Les agents sont formés à cet effet. Nous avons expliqué aux populations de ne pas s’inquiéter quand elles vont constater que leur ménage est sauté.

Propos recueillis par Elh. M. Souleymane

Niger Inter

GRATUIT
VOIR