L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) a présenté à la presse, ce jeudi 28 janvier 2021, une importante saisie de stupéfiants composés de 150 000 comprimés de Tramadol et 119 briques de cannabis faisant plus de 98 kg. Le Substitut du Procureur venu au nom du Parquet du Tribunal de Grande Instance hors Classe de Niamey, a remercié et encouragé l’Office pour ce grand coup.

Il s’agit de deux grands réseaux de trafic international de drogue à haut risque qui ont été démantelés à Niamey et dans la région de Dosso.

Pour le premier réseau, le 11 janvier de l’année courante, l’office a reçu auprès de ses sources « une information par rapport à un trafic de drogue longtemps établi entre plusieurs pays de la sous-région impliquant des personnes de nationalité nigérienne », déclare Madame Ousmane Bako Nana Aïchatou, directrice adjointe du Service Central de l’Information des Relations Publiques et du Sport de la Police Nationale ( DSCIRP/S).

Après plusieurs jours d’investigations, l’OCRTIS interpelle le 13 janvier 2021 au quartier aéroport de Niamey, un individu de nationalité nigérienne en possession de 119 briques de cannabis d’un poids de 98kg.

L’autre réseau démantelé par les limiers de l’OCRTIS est constitué de quatre individus de nationalité nigérienne également. En effet, l’exploitation et le recoupement de plusieurs informations concordantes ont permis à l’office d’interpeller ces quatre personnes dans la nuit du 22 au 23 janvier 2021 cela  après huit semaines d’investigations à Niamey et à Dosso.

Ces exploits qui sont à mettre à l’actif des limiers de l’OCRTIS, ont abouti sur la saisie de 150 000 comprimés de Tramadol 250 mg de marque Royal, en provenance du Bénin dans un village situé à 3 km de Dosso. Selon Mme Bako Nana Aïchatou, « le Tramadol saisi dont la valeur marchande s’élève à plus de 150 millions de francs CFA, est destiné à l’exportation vers certains pays arabes ». Aussi a-t-elle saisi cette occasion en interpellant  « les autorités administratives et coutumières de la région de Dosso à accentuer la sensibilisation des populations riveraines du fleuve, à plus de vigilance et de collaboration dans la lutte contre le trafic de drogue assez souvent lié au trafic d’armes et qui ensemble constituent une menace majeure pour la sécurité nationale ».

Outre le cannabis et les comprimés de Tramadol, l’OCRTIS a mis également la main sur un véhicule et une dizaine de téléphones portables.

Le Substitut du Procureur, présent à la cérémonie, a saisi cette occasion pour « apprécier le travail qui a été abattu par l’OCRTIS ». Celle-ci a rassuré de la détermination des autorités compétentes nigériennes, dans la lutte contre ces stupéfiants, tout en indiquant que « quelle que soient les personnes qui seront impliquées dans le trafic de drogue, nous serons toujours là et ils nous trouveront toujours en face ».

Une nouvelle procédure sera bientôt ouverte par rapport aux propriétaires des 150 000 comprimés de Tramadol et la justice fera le travail qui est le sien.

Vivement que la police nationale et les autres institutions de la République censées réprimer ce phénomène mettent hors d’état de nuire tous ceux qui menacent la sécurité nationale à travers ce honteux trafic !

Koami Agbetiafa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR