Mesdames et Messieurs,

         Le 25 Mai de chaque année, est célébrée la journée de l’Afrique à travers tout le continent, pour marquer la date anniversaire de la création, en Mai 1963, de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) à laquelle a succédé l’Union Africaine en 2002.

         A l’occasion de cette célébration, de nombreuses activités et cérémonies sont habituellement organisées pour la marquer de manière solennelle, mais le contexte  particulier de cette année caractérisée   par l’apparition de la pandémie du Coronavirus et les mesures préventives prises par le Gouvernement pour empêcher la propagation de cette pandémie, nous imposent de nous en tenir à ce message.

         Je voudrais saisir l’occasion que m’offre la célébration de cette journée anniversaire pour rendre un vibrant hommage aux pères fondateurs de notre Organisation commune qui, dès les premières heures des indépendances, ont pris conscience de la nécessité d’unir leur force et leur énergie, de renforcer la solidarité et la coopération intra-africaines, pour favoriser l’émergence d’une Afrique unie, à même de mener le combat de la décolonisation totale du continent et celui de l’amélioration des conditions de vie des populations.

         Je voudrais également  réaffirmer l’attachement du Niger à l’idéal panafricaniste et aux idéaux de paix, de solidarité, de coopération et de développement prônés par l’Union Africaine, à travers notamment ses programmes phares de développement du continent tels que l’Agenda 2063, la Zone de Libre-Echange Continentale (ZLECAF) ; la Vision Minière Africaine, le Programme de Développement des Infrastructures en Afrique (PIDA), le Programme Accéléré de Développement de l’Agriculture, AUDA-NEPAD, etc.

Mesdames et Messieurs,

Notre Organisation commune, l’Union Africaine, est engagée depuis quelques années dans un processus de Réformes Institutionnelles afin de rendre plus efficaces et plus efficientes ses activités. Ces Réformes Institutionnelles, confiée par ses pairs à Son Excellence Monsieur Paul KAGAME, Président de la République du Rwanda visent, entre autres, à rationaliser le travail au sein des instances de l’Union  Africaine et à lui garantir un financement prévisible, sûr et pérenne afin de rompre avec la dépendance vis-à-vis des financements des partenaires extérieurs pour la mise en œuvre de ses programmes. L’adoption du projet de Réforme des structures de la Commission  par le 11ème  sommet extraordinaire tenu les 17 et 18 novembre 2018 à Addis-Abeba  va permettre de recentrer les activités de la Commission vers les priorités essentielles pour le développement économique et social de l’Afrique ainsi que sur la culture de résultats.

Mesdames et Messieurs,

Parmi les programmes prioritaires pour le développement économique et social de l’Afrique, la Zone de Libre-Echange Continentale (ZLECAF) figure en bonne place.

Comme vous le savez, cet ambitieux programme de transformation du continent dont le Leadership a été confié par ses pairs au Président de la République, Issoufou Mahamadou en janvier 2017, constitue une opportunité pour l’Afrique de stimuler les échanges intra-africains, de créer des chaines de valeur et de booster la croissance économique et la création d’emplois.

Sous l’impulsion du Président de la République, Champion de la ZLECAF, des progrès extraordinaires ont été enregistrés dans la réalisation de cet objectif. Ainsi, les négociations pour la conclusion de l’Accord sur la ZLECAF ont connu une accélération avec la signature le 31 Mars 2018 Kigali (Rwanda) de l’Accord créant la ZLECAF. Un an à peine après sa signature,  l’Accord est entré en vigueur après l’obtention du nombre de ratifications nécessaires. Il a été officiellement lancé le 07 juillet 2019 à Niamey, lors du 12ème Sommet extraordinaire spécialement consacré à cet effet.

Les négociations de la phase II et la phase III de l’Accord créant la ZLECAF concernant les Investissements, la Politique de concurrence et les droits de propriété intellectuelle démarreront très prochainement.

C’est le lieu pour moi d’exprimer, au nom du Champion de la ZLECAF, le Président de la République Issoufou Mahamadou, notre reconnaissance à l’endroit de tous ceux qui, personnes physiques ou organisations, ont contribué à ce succès.

Mesdames et Messieurs,

Tous ces grands projets pour le continent ne peuvent être efficacement mis en œuvre que si la paix et la sécurité sont garanties en Afrique. Malheureusement, en matière de paix et de sécurité, la situation reste préoccupante en Afrique. En effet, certaines parties du continent, notamment la région du Sahel, le Bassin du Lac Tchad, la Corne de l’Afrique et une partie du Maghreb  font face à une recrudescence des attaques terroristes et des conflits fratricides.

A cet égard, le thème de l’année 2020 adopté par l’Union Africaine intitulé « Faire taire les armes à feu en Afrique : créer les conditions propices pour le développement » est plus que jamais d’actualité. Il y a une nécessité impérieuse que les armes se taisent sur le continent, condition indispensable à tout développement. L’Afrique est le continent qui enregistre le plus grand nombre de foyers de tensions.

J’appelle donc tous les pays africains à faire de la paix et de la sécurité une préoccupation majeure et à tout mettre en œuvre pour que les armes se taisent définitivement en Afrique.

Vive l’Afrique unie et prospère

Vive le Niger

Je vous remercie

Niger Inter

GRATUIT
VOIR