L’évolution, rapide, de la pandémie, entre l’apparition du premier cas et le 9 avril 2020, fait du Niger le quatrième (4ème) pays le plus touché par le COVID-19 en Afrique subsaharienne, après l’Afrique du Sud, le Cameroun et le Burkina Faso.

 Cette forte progression pourrait s’expliquer par la mise en place et le renforcement, très tôt, des dispositifs de dépistage de la maladie. Il pourrait également être lié aux effets positifs des campagnes de sensibilisation et d’information de la population, qui conduisent plusieurs personnes, présentant des symptômes du COVID-19 ou ayant été en contact avec une personne infectée, à se déclarer au niveau du dispositif mis en place pour le dépistage.

Il faudrait, donc, renforcer ces campagnes d’informations et de sensibilisation, avec l’intervention, sur les médias publics et privés, des leaders d’opinions (religieux et coutumiers), des artistes et chanteurs, reconnus dans toutes les régions du pays.

 Il faudrait aussi renforcer l’utilisation des radios communautaires, comme relais des grands médias publics et privés. Il faudrait également accroitre le suivi des attroupements dans les lieux publics, particulièrement dans les différents marchés, les grands magasins et les boutiques.

Dans les pays limitrophes du Niger, selon les données officielles sur la pandémie du COVID-19, l’Algérie reste toujours le pays le plus touché, avec 1 666 cas, et une progression de 6%, entre le 8 et le 9 avril 2020, suivi du Burkina Faso (443 cas) et du Nigeria (288 cas).

Les taux de guérison, élevés, enregistrés au Burkina-Faso (33%), au Nigeria (17,7%), en Algérie (20,8%) et au Sénégal (49,0%), restent supérieurs au taux observé au Niger (9,8%). Il faut toutefois souligner que ces pays n’ont pas été affectés par le COVID-19 à la même date et que le taux de guérison augmente avec la durée de l’épidémie.

Le Niger pourrait renforcer sa coopération avec ces pays, pour améliorer, davantage, la surveillance des frontières et partager les leçons et les bonnes pratiques en matière des mesures de prévention, de dépistage et de traitement.

A la date du 9 avril 2020, il n’y a pas de nouvelles études et de nouvelles données relatives à la période d’incubation du COVID-19.

Dans la lutte contre la pandémie du COVID-19, le cas de la Corée du Sud et de Cuba sont cités comme un modèle efficace. La stratégie adoptée par ces pays a essentiellement consisté à un dépistage massif de la population et à un traçage complet du parcours de chaque personne testée positive au COVID-19 et ses contacts, afin de repérer rapidement les foyers de contamination. De plus en plus, des progrès sont réalisés dans les méthodes de dépistages, de traitement et de prise en charge des personnes infectées par le COVID-19. Dans une étude réalisée par l’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) Méditerranée Infection, à Marseille et publiée le 9 avril 2020, sur 1061 patients traités par la combinaison hydroxychloroquine-azithromycine, 973 sont guéries du COVID-19 en dix jours, soit un taux d’efficacité du traitement de 91,7%.

A la date du 9 avril 2020, selon les statistiques1 publiées par l’Université Johns Hopkins, 1 595 350 personnes ont été infectées du COVID-19 dans le monde, soit une augmentation de 84 246 cas entre le 8 et le 9 avril 2020. Par rapport au 8 avril 2020, le nombre des nouvelles contaminations a connu, le 9 avril 2020, une légère baisse d’environ 1%. Au 9 avril 2020, le nombre total de personnes décédées du COVID-19 s’élevait à 95 455 individus, soit une augmentation de 7 117 cas, entre le 8 et le 9 avril 2020. Ce nombre est en hausse de 10%, le 9 avril 2020, par rapport au 8 avril 2020. Au total, à la date du 9 avril 2020, 353 975 patients sont guéris du COVID-19, dont 25 314 nouvelles guérisons, entre le 9 et le 8 avril 2020, soit une augmentation de 8%.

Au Niger, à la date du 8 avril 2020, le nombre total de personnes testées positives au COVID-19 est de 410 cas, avec une progression de 68 nouveaux cas, soit une augmentation de 20%, entre le 8 et le 9 avril 2020. En plus de la ville de Niamey, l’épicentre de l’épidémie au Niger, il a été recensé, au total, deux (2) cas à Maradi, à Zinder et à Tahoua (2) et un (1) cas à Dosso et à Tillaberi, avec un (1) nouveau cas à Tahoua, entre le 8 et le 9 avril 2020.

Source : SITUATION STATISTIQUE SUR LA PANDEMIE DU COVID-19 : MISE A JOUR DU 09 AVRIL 2020

Niger Inter

GRATUIT
VOIR