Niamey, désormais capitale des grands événements internationaux va abriter, du 1er au 3 décembre 2021, la 3è édition du Forum et Exposition de la CEDEAO sur les Mines et le Pétrole (ECOMOF). C’est l’objet de la cérémonie du lancement officiel de ce mercredi 15 septembre 2021, au centre international de conférence Mahatma Gandhi de Niamey.

Cette 3è édition de l’ECOMOF dont la cérémonie de lancement officiel est présidée par le ministre du pétrole, de l’énergie et des énergies renouvelables, ministre leader de l’ECOMOF, Monsieur Mahamane Sani Mahamadou en présence de la ministre des mines, Madame Ousseini Hadizatou Yacouba, le Commissaire  chargé de l’énergie et des mines de la CEDEAO, Monsieur Sedikou Douka,  Monsieur Babacar Diallo, chargé de Programmes Afrique de l’ouest, AME Trade Ltd ainsi que d’illustres personnalités diplomatiques et des partenaires.

Sont également attendus à ce grand rendez-vous minier régional, près de 600 participants au nombre desquels des experts de sociétés africaines de pétrole, de gaz et des mines, des entreprises nationales et internationales, les gouvernements, le secteur privé ainsi que la nouvelle génération de potentiels investisseurs.

ECOMOF ou Ecowas Mining and Petroleum Forum en anglais, est l’un des plus grands événements miniers en Afrique de l’ouest. Il   rassemble les délégations des quinze États membres de la CEDEAO, autour d’un idéal commun, celui de promouvoir le secteur des mines et du pétrole au sein de l’espace commun.

Après la première édition tenue à Accra au Ghana en 2015 et la deuxième édition tenue à Abidjan en Côte d’Ivoire en 2018, c’est le tour de la capitale nigérienne, avec un décalage d’un an, du fait de la Covid-19 en 2020.

Cette 3è édition que Niamey abrite du 1er au 3 décembre 2021 à l’hôtel et centre de conférence Radisson Blu est co-organisée par la Commission de la CEDEAO, le gouvernement du Niger en collaboration avec la firme événementielle AME Trade Ltd et placée sous le thème ‹‹ intégrer les industries minières et pétrolières dans le développement des chaînes de valeur régionales ››.

Ce forum représente pour la ministre des mines Mme Ousseini  Hadizatou Yacouba ‹‹ une plateforme régionale  d’échanges ›› qui donne  l’occasion de mettre en évidence le potentiel du  Niger en particulier et de  l’Afrique de l’Ouest en général, dans le secteur des industries extractives. L’objectif étant de ‹‹ partager l’expérience, le savoir et le savoir-faire et de créer de nouveaux partenariats et de réseaux ››, a  déclaré Madame Ousseini Hadizatou Yacouba.

Le choix pour le Niger d’organiser la 3è édition n’est nullement le fruit du hasard. Le sous-sol du pays regorge d’importantes ressources minières à l’instar de l’uranium dont il est d’ailleurs parmi les  premiers producteurs mondiaux, mais aussi le pétrole, le fer, l’or et bien d’autres.

En organisant ce forum, le gouvernement de la République du Niger entend diversifier ses productions minérale et pétrolière tout en misant sur la diversification des partenaires et par conséquent, des investissements dans ces secteurs. Celui-ci table également sur le transfert des compétences dans les deux secteurs afin d’en faire le levier de croissance économique.

Dans ce sens, le pays compte multiplier sa production de 20 000 à 110 000 barils par jour à l’horizon 2022.

Selon le Commissaire chargé des mines et de l’énergie de la CEDEAO, M. Sedikou Douka, les deux secteurs minier et pétrolier occupent ‹‹ une place de choix dans les politiques et stratégies énergétiques et industrielles de notre communauté, compte tenu des vastes opportunités qu’ils offrent ››. Toutefois, a t-il indiqué, bien de défis se posent dans le secteur des ressources extractives de l’Afrique de l’Ouest qui sont entre autres l’insuffisance des ressources humaines qualifiées et la difficulté d’organisation et d’encadrement et de réglementation des exploitations artisanales et le peu de valeur ajoutée dû au fait que les activités minières sont dominées par l’extraction et l’exportation de minerai brut.

Raison pour laquelle le Commissaire de la CEDEAO a saisi l’occasion pour en  appeler à une harmonisation des textes régionaux, dans l’optique de promouvoir ces deux secteurs.

Procédant au lancement officiel de l’ECOMOF 2021, M. Mahamane Sani Mahamadou, ministre du pétrole, de l’énergie et des énergies renouvelables, également ministre leader de la 3è édition de l’ECOMOF, a saisi l’occasion pour rendre un hommage mérité à  l’ancien ministre du pétrole M. Foumokoye Gado qui a œuvré pour que Niamey puisse abriter l’événement. Face à d’autres concurrents de taille, grâce au travail abattu par l’équipe de l’ancien ministre du pétrole, le choix du Niger a été acté.

Maintenant pour le Niger, comme l’a souligné le ministre Mahamane Sani Mahamadou, il est attendu de porter le poids du secteur pétrolier à 25% du PIB. Concernant les mines, l’accent sera mis sur une meilleure connaissance du potentiel du pays, en faisant passer les couvertures géologique et géophysique respectivement de 13 à 22% et 20 à 31%.

Aussi a-t-il mis en exergue le développement de la chaîne de valeur au profit des investisseurs, mais aussi de l’État. Une chaîne de valeur tenant compte de la transformation locale des matières premières en produits finis.

 Un point de presse a clôturé la cérémonie de lancement de la 3è édition de l’ECOMOF. Les professionnels des médias ont eu d’amples informations sur les tenants et les aboutissants de cet événement minier d’envergure internationale, qu’organise le Niger.

Auparavant, outre les ministres du pétrole et des mines ainsi que le commissaire chargé de l’énergie et des mines de la CEDEAO, la cérémonie de lancement officiel a également connu la présence de tout un panel de personnalités parmi lesquelles le Haut Représentant du Président de la République Monsieur Foumokoye Gado. Ce qui a donné un cachet particulier à cet événement minier que Niamey se prépare à organiser du 1er au 3 décembre 2021 au centre de conférence de l’hôtel Radisson Blu.

Koami Agbetiafa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR