L’année 2021 est une année exceptionnelle pour la Chine. Cette année marque le centenaire du Parti communiste chinois (PCC) et le début du 14e plan quinquennal de la Chine. Grâce aux efforts continus pour plusieurs décennies, la Chine a connu un essor remarquable par une voie de développement adaptée à ses propres conditions nationales, et a apporté une contribution constante au développement du monde.

Cette année, la Chine a remporté une victoire historique dans la construction intégrale d’une société de moyenne aisance, en sortant 98,99 millions d’habitants ruraux de la pauvreté absolue sous le seuil actuel et a atteint l’objectif de l’Agenda 2030 des Nations Unies avec 10 ans d’avance, réalisant ainsi le rêve millénaire de la nation chinoise.

Cette année, la Chine connaît une forte croissance économique malgré la propagation continue de la COVID-19. La Chine a bien résisté à l’impact de la COVID-19 et a réalisé une croissance avec un taux de 12,7 % pour le premier semestre de l’année 2021. Cette année, la Chine continue d’occuper une place primordiale dans le commerce international. En tant que deuxième économie du monde après celle des Etats-Unis d’Amérique, la Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial de plus de 120 pays et régions, elle est aussi le pays qui a reçu le plus gros investissement direct étranger en 2020 grâce à son énorme marché intérieur de consommation. Cette année, la Chine est encore en tête du monde dans le secteur manufacturier. En fait, depuis 2010, elle s’est classée la première dans le monde pour 11 années consécutives en ce qui concerne la valeur ajoutée manufacturière, ce qui consolide sa position dans l’industrie manufacturière avec le système industriel le plus complet du monde. Sur la voie du grand renouveau de la nation, la Chine a accompli deux miracles, l’un est le développement économique rapide, l’autre, la stabilité sociale durable.

Le succès susmentionné de la Chine n’est pas le fruit du hasard et il s’explique par trois facteurs importants.

Premier facteur, c’est la direction ferme du parti communiste chinois (PCC). La Chine compte une population de 1,4 milliard d’habitants avec 56 groupes ethniques. Sans la direction clairvoyante d’un parti politique fort, le pays serait tout de suite en désordre, même en désastre, c’était juste le cas avant 1949, l’année de la fondation de la Nouvelle Chine. Le PCC est un parti qui met au centre l’intérêt du peuple et qui sait faire unir 1,4 milliard de Chinois comme un seul homme et pour un objectif commun. Certains pays occidentaux accusent la Chine de son système autoritaire et antidémocratique, mais c’est complètement faux. La démocratie ne se résume pas simplement à des votes, elle exige également une véritable participation du peuple aux décisions politiques et à la gestion de l’État. Soucieux du sentiment de satisfaction, de bonheur et de sécurité du peuple, le PCC prête une oreille attentive aux revendications de son peuple, respecte leur avis et leur participation large au cours de l’élaboration des politiques et des mesures qui concernent la gouvernance de l’Etat. Le PCC a mis davantage l’accent sur un parcours complet de la démocratie qui implique la participation active du peuple.

Deuxième facteur, c’est compter sur ses propres forces et  travailler d’arrache-pied. Le succès de la Chine n’est pas une manne céleste, il est le résultat du travail sans relâche du peuple chinois. Avec seulement 7% des terres arables du monde, la Chine doit nourrir 1,4 milliard d’habitants, soit 20% de la population mondiale. Et chaque année, plus de 10 millions de nouveaux diplômés entrent au marché de l’emploi. Qui peut  relever ces défis à la place de la Chine? Personne! C’est la raison pour laquelle, de génération en génération, les Chinois travaillent sans relâche pour une vie meilleure et pour la réalisation du renouveau de la nation chinoise, tout comme le peuple nigérien qui travaille dur pour réaliser le « Programme de la Renaissance acte III » . Le peuple chinois et le peuple nigérien ont tous les deux le plein droit d’avoir une vie meilleure, tout comme les pays occidentaux.

Troisième facteur, c’est poursuivre une politique de la réforme et de l’ouverture. D’une part, la Chine réalise que la pauvreté n’est pas identité du socialisme, elle a le courage de briser les anciens systèmes et mécanismes qui entravent le développement des forces productives, et a mis en place un système d’économie de marché socialiste. A la lumière de nouveau concept de développement, elle insiste sur la prospérité commune, aucun Chinois ne doit être laissé à côté. Elle insiste aussi sur le développement vert, ainsi, la Chine s’engage à atteindre le pic des émissions de CO2 avant 2030 et à réaliser la neutralité carbone avant 2060. D’autre part, la Chine est ouverte de plus en plus. Elle assimile l’expérience utile des pays développés occidentaux et procède à une coopération d’envergure avec tous les pays du monde, y compris les pays africains. Prenons l’exemple de l’Afrique, le volume des échanges commerciales entre la Chine et l’Afrique a atteint aujourd’hui 200 milliards de dollars américains, il s’est multiplié par 20 au cours des 20 dernières années. La Chine est le premier partenaire commercial de l’Afrique pour 12 années d’affilée, et le stock de ses investissements directs en Afrique a été multiplié par 100 pour atteindre environ 50 milliards de dollars américains. Les échanges et la coopération entre la Chine et le reste du monde ont permis une prospérité commune.

La Chine reste toujours un pays en développement. Il y a peu de temps, dans son discours à la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le président chinois Xi Jinping a déclaré que la nation chinoise transmet et poursuit les concepts de paix, de bonne entente et d’harmonie. Jamais la Chine n’a envahi ou opprimé les autres nations ni n’a prétendu à l’hégémonie, et elle ne le fera jamais. Elle est depuis toujours un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement dans le monde, un défenseur de l’ordre international et un fournisseur de biens publics. Elle continuera d’offrir de nouvelles opportunités au monde par son développement. Quelle que soit son succès, la Chine sera toujours à côté de pays en développement. Le président Xi Jinping a souligné que peu importe jusqu’où nous allions, nous ne devons jamais oublier le chemin parcouru. La Chine n’oubliera jamais qu’il y a 50 ans, c’est avec le soutien de pays en développement que la Chine a repris son siège légitime aux Nations Unies. La Chine fera toujours partie des pays en développement, c’est son choix politique. Elle continuera d’apporter ses contributions pour le développement des pays en développement.

La Chine est déterminée à travailler main dans la main avec le Niger pour promouvoir les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays. Face à l’épidémie de la COVID-19, la Chine et le Niger se sont toujours battus côte à côte, écrivant un chapitre émouvant de la solidarité. Au moment difficile dans sa lutte contre la COVID-19, la Chine a reçu du soutien précieux du Niger. Depuis l’apparition de la COVID-19 au Niger, la Chine lui a accordé une grande quantité de matériel médicale et a été le premier pays qui lui fait parvenir 400,000 doses de vaccins et 300,000 kits de test. Afin de continuer à soutenir le Niger dans sa lutte contre l’épidémie, la Chine fournira au Niger 700,000 doses de vaccins dans le cadre du COVAX, et lui fera don de 400,000 doses de vaccins par voie bilatérale. Ces dernières années, les deux pays ont vu leur confiance politique mutuelle se renforcer sans cesse et se sont soutenus sur les questions touchant aux intérêts vitaux et aux préoccupations majeures de part et d’autre. La coopération concrète entre les deux pays a vu des résultats fructueux. Le pont de l’amitié sino-nigérienne, enjambant le fleuve Niger, avec 600 mètres de long, est devenu un symbole de l’amitié des deux peuples. Bientôt, un nouveau pont dit Pont Géneral Seyni Kountché sera achevé, ce qui facilitera beaucoup la circulation de Niamey. Au cours des dix années écoulées depuis la mise en service de la phase I du projet Agadem de la CNPC au Niger, le Niger a produit au total 7,69 millions de tonnes de pétrole brut dont la valeur annuelle représente environ un dixième du PIB du Niger. Le Niger est devenu un pays exportateur du pétrole, c’est une grande surprise pour tout le monde. L’Hôpital Général de Référence de Niamey, le fruit de la coopération sino-nigérienne, est devenu l’un des hôpitaux les plus modernes de la région ouest-africaine, voire du continent africain, permettant au Niger d’économiser environ 8 milliards de FCFA par an en dépense médicale. En outre, de nouveaux projets emblématiques sont également en cours de réalisation. La construction du Barrage de Kandadji et la phase II du projet Agadem de la CNPC sont en bonne voie. Ces projets vont contribuer énormément au développement économique et social du Niger. À l’heure actuelle, la Chine est déjà le premier investisseur, le premier partenaire en termes du travaux public et le deuxième partenaire commercial du Niger. La coopération sino-nigérienne, un exemplaire de la coopération Sud-Sud a un très bel avenir en perspective. La Chine entend mettre son 14e plan quinquennal et le « Programme de la Renaissance acte III » du Niger en synergie afin d’approfondir les relations d’amitié et de coopération sino-nigériennes au service des deux peuples.

Sur le nouveau point de départ, la Chine portera haut levé l’étendard de la paix, du développement, de la coopération gagnant-gagnant, fournira de nouvelles opportunités au monde par son propre développement, renforcera la coopération avec tous les autres pays du monde pour la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité.

 SEM JIANG Feng, ambassadeur de la République populaire de Chine au Niger

Niger Inter

GRATUIT
VOIR