Le Président de la République, Mohamed Bazoum, a rencontré au Palais de la Présidence, le vendredi 6 août 2021, les maires, les présidents des Conseils de Ville et les présidents des Conseils Régionaux du Niger. A cette occasion, le Chef de l’Etat a prodigué des conseils aux élus des entités décentralisées du Niger, les a invités à l’appropriation du Code Général des Collectivités Territoriales et attiré leur attention sur les erreurs commises par le passé par leurs prédécesseurs.

Dans son intervention, il a commencé, tout d’abord, par soulever la question du retard accumulé dans le renouvellement des Conseils municipaux, locaux et régionaux mis en place en 2011. 10 ans, c’est inacceptable aux yeux du Chef de l’Etat. Désormais, le renouvellement de tous les conseils se fera à temps, a-t-il promis. « A cet égard, je n’ai aucun doute que la prochaine élection des conseils aura lieu juste avant l’élection des députés nationaux et celle du Président de la République », a-t-il indiqué.

L’objectif essentiel de la rencontre du Président de la République avec les élus est d’assoir les bases d’un véritable développement des collectivités territoriales, de préciser ce qui permettra leur bon fonctionnement.

Dans ce but, il faut que les élus locaux et régionaux aient une bonne maîtrise de la gestion du personnel, une bonne compréhension du Code des Collectivités Territoriales. Une des difficultés auxquelles les entités décentralisées sont confrontées est, surtout, celle relative à la méconnaissance de certaines règles par leur personnel

« Il faut, donc, que les élus locaux fassent, particulièrement, attention dans le recrutement de leurs collaborateurs. Il faut faire attention dans le choix de vos collaborateurs et en particulier l’un de vos principaux collaborateurs, vous le savez bien, c’est le receveur municipal », a conseillé le Chef de l’Etat.

La préoccupation principale du Magistrat Suprême est d’emmener les élus des collectivités décentralisées à mieux faire fonctionner leurs entités, à les viabiliser et les développer.

« Nous sommes dans un processus de transfert des compétences et des responsabilités sur lesquelles les choses sont loin d’être tout à fait claires, mais avec l’expérience, cela va se clarifier certainement, nous comptons sur votre bonne compréhension sur une relation harmonieuse entre les différents ministères et les collectivités territoriales » a-t-il indiqué.

L’intervention du Chef de l’Etat s’est beaucoup axée sur les déboires des prédécesseurs des nouveaux élus, déboires qui ont valu la révocation pour certains et l’emprisonnement pour d’autres.

Sur ce plan, le problème lié à la distribution gratuite des vivres a, en grande partie, valu la prison à de nombreux anciens maires. Le Président de la République a attiré l’attention des nouveaux élus des risques qu’ils encourent par rapport à cela car, leur a-t-il martelé, «ça a emporté beaucoup d’entre vous et ce n’est pas fini. Il y’a d’autres encore qui le seront parce que, j’ai le relevé, il y a des dettes qui ne sont pas recouvrées du fait de crédits plutôt complaisants qui ont été accordés à des personnes dans les différentes collectivités ».

A cette question de distribution de vivres, il faut ajouter cette tendance des maires à ne pas se mettre en conformité avec les exigences de la loi relativement aux lotissements des terrains. Pourtant, ce qui est règlementaire consiste pour eux de soumettre leurs projets de lotissements au Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat afin qu’il les approuve ou les rejette. Le Chef de l’Etat les a, donc, invités au respect de la procédure normale afin d’éviter les erreurs commises par leurs prédécesseurs.

Il les a, aussi, prévenus « de faire extrêmement attention à cela parce qu’autrement il y a une violation du code et d’autres lois de nature à vous porter énormément préjudice. Ne vous laissez jamais aller à des tentations. Tout ce que vous pourriez faire va être su par la suite ».

Par ailleurs, le chef de l’Etat a rassuré les maires issus des formations politiques de l’opposition que « tous les maires ont les mêmes droits, ne pensez pas que vous êtes des maires qui ont un statut inferieur, ou un statut différent des autres, nous allons respecter tous les maires de la même façon et nous les traiterons tous de la même façon ».

Le Président de la République a, enfin, remercié tous les partenaires techniques et financiers qui appuient les collectivités territoriales nigériennes. Il les a remerciés pour les importantes ressources qu’ils injectent dans la décentralisation et le fonctionnement des entités décentralisées.

« Nous sommes infiniment reconnaissants à l’ensemble de ces partenaires qui sont si engagés à notre côté. Et je voudrais que vous soyez à la hauteur de leur attente », a-t-il indiqué aux maires.

L’intervention du Magistrat Suprême a été suivie de questions et de contributions de l’assistance. En réponse, le Président de la République a donné d’amples explications sur toutes les questions soulevées. Les réponses par lui apportées furent claires, précises et édifiantes pour l’assistance.

Il faut, enfin, souligner que peu avant l’intervention du Chef de l’Etat, le Ministre de l’Intérieur, M. Alkache Alhada a, en premier, pris la parole. Dans son mot introductif, on retient qu’il a surtout précisé les objectifs de la rencontre. Selon lui, elle est l’ultime occasion pour les élus locaux de connaître les orientations et les engagements du Président de la République sur toutes les questions liées à la décentralisation.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR