Ce jeudi 3 juin 2021, s’est déroulée la cérémonie d’investiture d’Issoufou Mahamadou comme lauréat du prix de leadership d’excellence 2020 de la Fondation Mo Ibrahim. A travers le Président Issoufou c’est le Niger et son peuple qui étaient à l’honneur. La Cérémonie du Prix fait partie du Ibrahim Governance Week-end 2021, qui se tient habituellement dans un pays africain différent chaque année, mais qui a lieu dans un format virtuel en 2021 en raison des restrictions liées à la COVID-19, apprend-on.

Par visioconférence, tour à tour des grands leaders du monde à l’image de SEM Mohamed Bazoum, Président de la République du Niger, M Antonio Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies, M. Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union africaine, Mme Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission Européenne, ainsi que Festus Mogae, Président du Comité Mo Ibrahim et les membres du Comité du Prix Mo Ibrahim ont fait des témoignages poignants sur le leadership de qualité de l’ancien Président du Niger, SEM Issoufou Mahamadou.

En prenant la parole, le Président du Comité de la Fondation Mo Ibrahim,  SEM  Festus Mogae a dit que : « Le président Issoufou a marqué l’histoire du Niger. Il a ouvert la voie à la toute première transition démocratique du pouvoir au Niger. Son exemple montre que ceux qui dirigent, quels que soient les défis, peuvent le faire avec le plus grand respect à la fois pour les citoyens qu’ils servent et pour l’État de droit ».

Le prestigieux prix Mo Ibrahim a été attribué à SEM Issoufou Mahamadou. C’est un rappel, en 2006, Mo Ibrahim crée la fondation Mo-Ibrahim qui a pour mission d’aider l’Afrique à se débarrasser de ses dictateurs corrompus. En 2007, la Fondation inaugure le prix Mo-Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique. Le prix, d’un montant de cinq millions de dollars, financé sur la fortune personnelle de Mo Ibrahim, se complète d’une pension annuelle à vie de 200 000 dollars doublée si l’ex-dirigeant fonde une œuvre caritative.

Intervenant à l’occasion de cette cérémonie, le Président Mohamed Bazoum a déclaré : “Au cours de ses dix années de pouvoir, le président Issoufou a remarquablement stabilisé les institutions de la République, raffermi les bases de l’économie, fait reculer la pauvreté et offert des vraies chances pour l’avenir de son pays. Je voudrais dire aux membres du jury du Prix Ibrahim qu’en plus de ses qualités que vous avez identifiées à travers la gouvernance qu’il a mis en œuvre, le président Issoufou est pétri de qualités morales et humaines, qui en font un homme exceptionnel.”

 Le mérite revient au peuple nigérien d’abord puis au Président Issoufou qui a ignoré le vent de sirènes en vogue sur le continent, où certains chefs d’Etat s’octroient un troisième mandat, au grand dam du peuple souverain. En cela, Issoufou Mahamadou a marqué à jamais l’Histoire au Niger. Il sort par la grande porte, avec l’image d’un grand président qui aura une influence certaine en Afrique et dans le monde. Ce choix d’Issoufou de ne pas triturer la constitution du Niger a beaucoup pesé sur la décision du jury du Comité de la Fondation Mo Ibrahim, apprend-on.

Pour António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies : « L’attribution de ce prestigieux prix au président Issoufou témoigne de ses efforts en tant que champion du développement durable, de la consolidation démocratique, de la paix, de la stabilité, des droits de l’homme et de l’égalité des sexes. Le rôle croissant du Niger au sein de la communauté internationale, en tant que partenaire apprécié des Nations Unies, s’est construit sur l’engagement du président Issoufou en faveur de la coopération régionale et internationale et de la recherche du consensus. »

Dans son allocation, très ému, le lauréat Issoufou Mahamadou a déclaré : « L’Afrique a plus que jamais besoin de commerce et d’investissements. L’Afrique a besoin d’accroître non seulement le commerce intra-africain, mais aussi sa part dans le commerce mondial. Pour y parvenir, l’Afrique doit produire davantage, développant les chaînes de valeur, ce qui suppose des investissements massifs. En plus, il faut changer la gouvernance politique et économique mondiale, afin qu’elle soit plus démocratique. Cela permettra d’éviter des erreurs comme celles commises en Libye et en Irak que les pays du Sahel et du bassin du lac Tchad paient cher aujourd’hui. Cela permettra de mieux lutter contre les inégalités et la pauvreté. Comme les changements de paradigme ont toujours eu lieu à l’occasion des crises, comme l’illustrent le cas des deux guerres mondiales et de la crise de 1929, d’une part, et celui des deux chocs pétroliers des années 1970, d’autre part, la pandémie de covid 19 doit être l’occasion d’opérer un tel changement ».

En exprimant sa gratitude à la Fondation Mo Ibrahim, Issoufou Mahamadou a martelé que : « L’Afrique doit contribuer à ce débat qui sera l’occasion pour elle de redéfinir son propre modèle de croissance. Je sais que, dans la perspective de cette redéfinition, la fondation Mo Ibrahim est déjà dans le débat. La Fondation Issoufou Mahamadou (FIM), dont le but est la promotion de la paix, de la démocratie, du panafricanisme, du climat, du capital humain et du climat, tentera d’apportera aussi sa modeste contribution ».

Elh. M. Souleymane

 

 

Ils ont dit à propos du Président Issoufou Mahamadou

S.E. Mohamed Bazoum, président du Niger, a déclaré : “Au cours de ses dix années de pouvoir, le président Issoufou a remarquablement stabilisé les institutions de la République, raffermi les bases de l’économie, fait reculer la pauvreté et offert des vraies chances pour l’avenir de son pays. Je voudrais dire aux membres du jury du Prix Ibrahim qu’en plus de ses qualités que vous avez identifiées à travers la gouvernance qu’il a mis en œuvre, le président Issoufou est pétri de qualités morales et humaines, qui en font un homme exceptionnel.”

António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, a déclaré : « L’attribution de ce prestigieux prix au président Issoufou témoigne de ses efforts en tant que champion du développement durable, de la consolidation démocratique, de la paix, de la stabilité, des droits de l’homme et de l’égalité des sexes. Le rôle croissant du Niger au sein de la communauté internationale, en tant que partenaire apprécié des Nations Unies, s’est construit sur l’engagement du président Issoufou en faveur de la coopération régionale et internationale et de la recherche du consensus. »

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré : “Le président Issoufou a abordé de front les défis complexes auxquels la région est confrontée. Il est un ami de longue date et un partenaire apprécié de l’Union européenne. Je tiens à féliciter le président Issoufou en particulier pour ce qu’il a fait pour l’égalité des sexes et les femmes. Il s’agit d’une priorité tant pour l’Union européenne que pour l’Afrique et d’un programme qui me tient à cœur.”

S.E. Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine a déclaré : “Tout le monde connait l’engagement de Mahamadou Issoufou pour le développement et le bien-être de ses compatriotes. L’on se souviendra de sa lutte acharnée contre le terrorisme, pour la paix et la stabilité au Sahel. Nous avons tous été impressionnés par son très fort plaidoyer comme champion pour le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine.”

Mo Ibrahim, président de la Fondation Mo Ibrahim a déclaré : « Je suis fier de voir le président Issoufou être reconnu comme un exemple de leadership d’exception et j’espère que son parcours inspirera des générations de dirigeants africains à venir. Président Issoufou, je vous adresse mes plus sincères félicitations et vous souhaite la bienvenue dans la famille de la Fondation. »

À propos de la Fondation Mo Ibrahim

Fondée en 2006, la Fondation Mo Ibrahim concentre ses activités sur le rôle essentiel du leadership politique et de la gouvernance publique en Afrique. En proposant des outils visant à améliorer le leadership et la gouvernance, la Fondation a pour objectif de susciter un changement positif sur le continent.

La Fondation, qui n’est pas un organisme de financement de projets, concentre ses efforts sur la définition, l’évaluation et l’amélioration de la gouvernance et du leadership en Afrique, au moyen des cinq initiatives suivantes :

  • L’Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique
  • Le Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique
  • L’Ibrahim Governance Week-end
  • Les bourses et subventions Ibrahim
  • Le Réseau Now Generation

Le Prix Ibrahim

  • Identifie et met à l’honneur les dirigeants africains qui, souvent confrontés à des défis complexes et conséquents, ont développé leur pays, sorti leurs concitoyens de la pauvreté, conforté la démocratie et l’état de droit et construit les bases d’un avenir équitable et durable ;
  • Met en évidence des modèles d’exception pour le continent ;
  • Permet au continent africain de continuer à bénéficier de l’expérience et de la sagesse de ses dirigeants d’exception en donnant à ces derniers l’occasion de poursuivre leur action citoyenne sur le continent une fois leur mandat national achevé ;
  • Est un « prix d’excellence », et non un « premier prix » (il n’y a pas nécessairement de lauréat tous les ans).

Critères

  • Ancien chef d’État ou de gouvernement africain ;
  • Ayant quitté ses fonctions au cours des trois dernières années ;
  • Ayant été élu démocratiquement ;
  • Ayant respecté la durée de son mandat prévue par la Constitution de son pays ;
  • Ayant fait preuve d’un leadership exceptionnel.

Le montant du Prix Ibrahim est le plus élevé à l’échelle mondiale :

  • 5 millions de dollars US sur dix ans.

Comité du Prix

Le lauréat est choisi par un Comité indépendant, nommé par le Conseil d’administration de la Fondation Mo Ibrahim et composé des membres suivants :

  • Président Festus Mogae (président) | Ancien président du Botswana ; lauréat du Prix Ibrahim 2008
  • Aïcha Bah Diallo | Présidente du réseau Éducation Pour Tous en Afrique ; ancienne ministre de l’Éducation en Guinée ; ancienne sous-directrice générale pour l’éducation (ADG/ED) de l’UNESCO ; fondatrice et présidente de l’organisation Business for the Empowerment of Women
  • Mohamed ElBaradei | Directeur général émérite de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ; Prix Nobel de la paix
  • Président Horst Köhler | Ancien président allemand 2004-2010
  • Graça Machel | Présidente de la Fondation pour le développement communautaire ; ancienne ministre de l’Éducation du Mozambique ; membre du conseil d’administration de la Fondation Mo Ibrahim
  • Mary Robinson | Présidente de The Elders et Professeure affiliée pour la justice climatique au Trinity Collège Dublin; ancienne envoyée spéciale des Nations Unies pour la région des Grands Lacs en Afrique ; ancienne envoyée spéciale des Nations Unies pour le changement climatique ; ancienne Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme ; ancienne présidente de l’Irlande ; membre du conseil d’administration de la Fondation Mo Ibrahim

Niger Inter

GRATUIT
VOIR