Sur les traces de la délégation ministérielle, composée des Ministres de la Défense Nationale, le Ministre de l’Intérieur et les différents chefs des corps et hauts responsables des Forces de défense et de sécurité (FDS), l’opposition politique nigérienne (CAP20/21,FRC, ACC et Alliés) avec à sa tête le candidat malheureux à la dernière présidentielle du 21 février dernier au Niger, Mahamane Ousmane, était également à Tillabery, la semaine dernière, pour dit-elle, « témoigner son soutien et sa solidarité » aux déplacés de la Commune d’Anzourou ayant fuit leurs villages pour raison d’insécurité.

Mais contrairement à la délégation ministérielle, dépêchée sur place par le président de la République pour évaluer la situation, réconforter la population déplacée et lui faire part des mesures urgentes prises par le gouvernement pour leur retour immédiat au bercail sous haute protection des FDS, l’opposition elle, est allée juste pour une opération de charme, une tentative de récupération, bref, une promenade de santé.

N’ayant rien apporté aux populations d’Anzourou en détresse (même pas un kilo du riz, encore moins du savon ou une petite enveloppe), alors qu’en pareille circonstance, les bonnes volontés se bousculent pour aider, l’opposition a choisi elle, d’aller à la rencontre de ces déplacés, les mains vides. Comme pour redorer le blason, les députés de l’opposition avaient dès le lendemain apporter une somme de deux millions aux sinistrés d’Anzourou.

Dans les faits, en allant à Tillabery, Mahamane Ousmane et ses amis avaient un seul objectif. Faire de la politique politicienne et profiter du « malheur de ces nigériens » pour vilipender le régime en place, mentir sur les efforts que mène l’Etat en vue d’assurer la sécurité de tous les nigériens, partout sur le territoire national et tenter de marquer l’esprit de ces déplacés d’Anzourou.

« C’est déplorable et même regrettable que nous soyons dans les mains d’un Etat inexistant », a laissé entendre le candidat malheureux à la présidentielle du 21 février 2021, Mahamane Ousmane pour qui, la situation sécuritaire actuelle du pays est « un problème qui ne peut pas trouver de solution immédiate sous ce régime ».

Comme on le voit bien, il ne s’agit nullement pour l’opposition politique nigérienne, en se rendant à Tillabery, de témoigner sa compassion et sa solidarité à l’égard de ces milliers de nigériens, forcés de quitter leurs villages pour cause d’insécurité. Leur objectif ne vise seulement qu’à faire une récupération politique de cette situation, en essayant de faire croire à ces déplacés et à l’opinion nationale qu’ils sont plus « préoccupés par la situation sécuritaire qui prévaut actuellement au Niger que le régime en place ».

Ainsi, pour Amadou Issifou Saidou, candidat indépendant au 1er tour de la présidentielle passée, « depuis des années, ces populations ne cessent d’alerter sur leur situation, mais rien n’a été fait que de déclarer leur zone en rouge et décréter l’état d’urgence ». Tout en dénonçant la présence des forces alliées qui, pour lui, « personne au Niger ne sait ce qu’elles font sur le terrain », Amadou Issifou Saidou dira que « l’Etat du Niger a failli et qu’il devait tirer toutes les conséquences de cette situation ».

L’opposant Ibrahim Yacouba, président du MPN Kishin Kassa s’est également illustré dans cette opération de charme à l’endroit des déplacés. Pour lui, l’Etat est « incapable de garantir la sécurité et la protection des citoyens, ajoutant que de « notre point de vue, le minimum qui est attendu d’un État, c’est qu’il puisse garantir à chaque citoyen la liberté de vaquer à ses occupations et la garantie qu’aucune personne ne puisse venir utiliser la violence contre lui pour le tuer, l’enlever ou pour lui imposer un prélèvement indu ».

Pourfendre l’Etat et sa stratégie de lutte contre le terrorisme, distiller des fausses informations sur la situation sécuritaire actuelle du pays, accuser gratuitement les autorités nationales de laxisme ou d’inaction face aux menaces terroristes dont fait face le Niger, telles sont entre autres raisons qui expliquent ce déplacement des leaders de l’opposition sur le site des déplacés d’Anzourou à Tillabery.

Malheureusement pour Mahamane Ousmane et ses amis, leur opération de charme a été un cuisant échec. Les nigériens dans leur ensemble et les populations déplacées d’Anzourou en particulier ont tous été témoins des efforts fournis par l’Etat pour la prise en charge des déplacés, mais aussi et surtout, sur les moyens déployés et les mesures sécuritaires prises pour le retour effectif de chacun de ses déplacés dans leurs villages respectifs. Un important dispositif de sécurité, composé de différentes forces de sécurité est mis en place dans toute la zone pour assurer la sécurité de toutes ces populations.

Oumar Issoufa

Niger Inter Hebdo N°22

Niger Inter

GRATUIT
VOIR