Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Mohamed Bazoum, a rencontré jeudi en fin de soirée 27 mai 2021, le Comité Directeur de l’Union des Scolaires Nigériens (USN) et le Bureau Exécutif de l’Union des Etudiants Nigériens de l’Université de Niamey (UENUN).

La rencontre s’est déroulée au Palais de la Présidence en présence notamment du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SEM Ouhoumoudou Mahamadou et des ministres en charge de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

Dans son mot introductif, le Président Mohamed Bazoum a indiqué que cette réunion avec la délégation de l’USN s’inscrit dans le cadre de la série des contacts qu’il a initiée avec les partenaires sociaux dans le domaine de l’éducation nationale.

Les échanges ont ainsi porté sur l’éducation nationale, au sens large, notamment sur les problèmes des universités et des établissements secondaires.

Les universités connaissent des problèmes liés au sureffectif des étudiants par rapport aux infrastructures, il y a beaucoup d’étudiants pour peu d’infrastructures, a dit le Chef de l’Etat.

Le Président Mohamed Bazoum a également indiqué qu’il y a beaucoup de déperditions scolaires, ce qui prouve que le Niger a « un système éducatif extrêmement mauvais. »

La disparité est grande entre le nombre d’enfants inscrits au CI et celui des étudiants à la fin de leurs études, a-t-il noté. « Nous perdons presque l’essentiel de ceux qui sont inscrits au CI et le défi est de changer cette situation, d’assurer des taux (élevés) de réussite aux examens et de passage en classe supérieure».

A titre d’exemple, en 2019, le taux de réussite au BEPC était de 30% et celui de réussite au BAC de 25 %. « C’est une catastrophe, mais c’est la réalité de notre système. C’est à cela qu’il nous faut réfléchir et nous atteler à apporter des remèdes urgents », a-t-il souligné.

Outre les problèmes des infrastructures, au niveau des universités, il y a peu de professeurs par rapport au nombre des étudiants. De plus, les facultés des sciences économiques et des sciences juridiques connaissent des problèmes spécifiques : trois promotions sur la première année. Il faut régler ces problèmes, a dit SEM Mohamed Bazoum.

La réforme LMD est également un problème auquel il faut apporter une solution, a-t-il ajouté.

Les problèmes des bourses, de l’aide sociale, de prise en charge au niveau des services sociaux, de la restauration et de transport ont entre autres été évoqués au cours de cette rencontre.

La délégation de l’USN s’est réjouie de cette initiative du Président de la République de rencontrer les élèves et les étudiants pour débattre ensemble des problèmes qui minent le secteur éducatif nigérien en vue de leur trouver des solutions, a dit le Secrétaire Général du Comité Directeur de l’USN, M. Amadou Hamadou Moctar.

« Nous saluons cette initiative, la première du genre dans l’histoire socio-politique du Niger, où un Chef de l’Etat, de son propre gré, appelle les responsables des structures étudiantes afin d’échanger avec eux de façon directe sur les problèmes qu’ils rencontrent au niveau de l’enseignement supérieur », a affirmé pour sa part le Secrétaire Général de l’UENUM, M. Hachimou Abdourahmane.

Presidence.ne

Niger Inter

GRATUIT
VOIR