Des affrontements entre les éléments du Secteur 4 de la Force Multinationale Mixte (FMM) et des terroristes de la secte islamiste Boko Haram se sont produits à Bosso le lundi, 17 mai 2021.

Il était, en effet, 18 heures locales quand des déflagrations ont commencé à se faire entendre aux environs immédiats de cette localité située à une centaine de km au nord-est de Diffa.

Il s’agissait, précisément, d’une attaque des éléments de la secte Boko Haram visant les positions occupées par les soldats du Secteur 4 de la FMM dans la localité.
La riposte instantanée et énergique de ces derniers ne s’est pas fait attendre. Un déluge de feu s’est, alors, abattu sur les terroristes, les mettant en déroute.
Dans leur fuite, ils laissèrent sur les lieux de l’affrontement deux de leurs éléments mis hors d’état de nuire et un véritable arsenal de guerre. Leur débâcle a, aussi, permis aux éléments de la FMM à mettre la main sur un véhicule Toyota Hilux laissé sur place avec une arme à bord de type 12,7 mm, des fusils AK47, une importante quantité de munitions de calibres 7,62 mm et 12,7 mm et divers autres effets.

Du côté de la Force Multinationale Mixte, on déplore 6 soldats blessés qui, d’ores et déjà, sont pris en charge par les services compétents.

D’après le Commandant du Secteur 4 de la FMM, « le restant de l’ennemi, mis en déroute, s’est échappé à bord de onze véhicules vers le sud-est de la frontière en direction des îles du Lac Tchad. Le ratissage se poursuit avec nos forces terrestres et aériennes ».
Il dit saisir « cette opportunité pour féliciter ses vaillants soldats pour ce résultat très positif ».
Il lance, par ailleurs, un appel à « la population à rester calme et continuer d’apporter son soutien inlassable aux Forces de Défense et de Sécurité ».

Bosso est une des cibles de prédilection des terroristes de la secte islamiste Boko Haram dans la région de Diffa.

Depuis 2015, l’année au cours de laquelle les premières attaques de Boko Haram ont été enregistrés dans la région, cette localité a, de façon régulière, essuyé des assauts terroristes meurtriers.
A ces assauts qui visent sans distinction populations civiles et militaires, il faut ajouter des enlèvements contre paiement de rançons, des assassinats ciblés et autres atrocités.

L’attaque de Bosso de ce 17 mai 2021 est l’une des attaques d’envergure conduites par les terroristes de Boko Haram après qu’ils aient essuyé l’une de leurs défaites les plus retentissantes dans le lit du Lac Tchad.
En effet, elle intervient après qu’ils aient été laminés par l’armée tchadienne en réponse au massacre de près d’une centaine de ses soldats à Boma, une des îles du Lac Tchad.

Une opération de grande envergure a, alors, été lancée, avec comme nom de code ‘’Colère de Boma’’, du 31 mars au 8 avril 2021, par le défunt Maréchal Idriss Deby Itno pour laver ce qui ressemble à tout un affront perpétré par Boko Haram contre son armée.
Cette opération a permis de neutraliser plus d’un millier de terroristes, de faire de centaines de prisonniers, de détruire des bases terroristes disséminées dans diverses îles du Lac Tchad et de saisir de milliers et des milliers d’armes de guerre et autres matériels.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR