La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a organisé ce mercredi 10 février 2021, une rencontre d’information et d’échanges avec les organisations de la société civile et les responsables des médias. L’occasion pour le président de la CENI Me Souna Issaka de présenter le bilan des élections locales, législatives et présidentielle premier tour que l’institution a eu la lourde responsabilité d’organiser.

De prime abord, Me Sounna Issaka n’a pas caché son satisfecit a l’endroit des médias pour avoir gardé la constance au cours des derniers scrutins.
Dans sa communication, il est surtout question d’étaler le contexte sociopolitique ayant marqué les trois derniers scrutins, de mettre en exergue les difficultés et insuffisances rencontrées, les résultats des scrutins, les leçons apprises et enfin d’exposer l’état d’avancement et la préparation du second tour.
Il faut dire qu’à propos du contexte ayant caractérisé ce triple scrutins, Me Souna Issaka a salué la mobilisation des acteurs du début jusqu’à la fin du premier tour. Celui-ci a indiqué que 128 partis politiques sur les 155 ont présenté des candidats aux élections, en particulier pour les élections locales et législatives. Ce qui explique ce taux de participation de 69%, preuve que ‹‹ les Nigériens veulent exprimer leur choix dans une élection démocratique ›› a t-il affirmé.

En ce qui concerne les difficultés rencontrées, on enregistre quelques insuffisances liées au déplacement de la logistique, à l’insécurité ayant caractérisée certaines régions telles que Tillabery, Diffa et Tahoua où le personnel ainsi que le matériel furent attaqués. Bien qu’on n’enregistre aucun décès du personnel, des pertes en vies dans le rang des militaires sont rapportés dans l’exercice de leur fonction pour la sécurisation des agents de la CENI.
Entre autres difficultés, la commission électorale déplore la pression indue exercée par les partis politiques sur le personnel. Elle relève ensuite le respect partiel des mesures barrières durant les scrutins.

Parlant des résultats des différentes élections, le président de la CENI a déclaré qu’au premier tour de la présidentielle, ‹‹ 4.778 573 suffrages exprimés, 409 095 bulletins sont nuls ››. Voilà qui doit interpeller les partis politiques et les organisations de la société civile sur leur devoir de sensibilisation à l’endroit des citoyens. Aux locales du 13 décembre dernier sur les 4246 sièges de conseillers municipaux, le PNDS Tarrayya rafle 1799 sièges. Quant aux élections législatives, selon les résultats publiés par l’institution électorale, le PNDS Tarrayya obtient 80 députés suivi de Modem Fa Lumana avec 19 sièges, MNSD Nassara 13 sièges, 13 pour MPR Jamhuriya, 8 pour CPR Inganci et 7 sièges pour le RDR Tchanji.

A l’issue de ce triple scrutin, la CENI a tiré des leçons tant pour l’implication effective de tous les partis politiques que pour encourager les citoyens à respecter les textes en vigueur et à formuler les réclamations conformément à la loi.

Le dernier point sur lequel la CENI a informé l’assistance est l’avancement et la préparation du 2nd tour de l’élection présidentielle. Les principaux défis qu’elle entend relever sont la situation sécuritaire et la pandémie Covid-19, sans oublier la mise à disposition du matériel ainsi que la mise à niveau et le renforcement des capacités de toutes les personnes impliquées.
Les échanges avec les différentes organisations de la société civile présentes, fut l’occasion des uns et des autres dans leur intervention, de féliciter la CENI pour avoir organisé ces élections malgré le contexte très difficile lié à l’insécurité dans certaines régions du pays et la menace du Covid-19. Ils ont ensuite soulevé les manquements qui ont caractérisé tout au long du processus. Ces interventions appréciées par Me Souna tant sur ‹‹ les mesures à prendre pour rendre le scrutin plus transparent et plus lucide et apaisé ››.

Koami Agbetiafa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR