Après presque deux ans d’inactivités, en raison notamment de la crise sanitaire, la Fédération internationale de Maracaña (FIMA) a tenu, le mardi 16 février dernier, par visioconférence à son siège à Abidjan, en Côte d’Ivoire, une Assemblée générale ordinaire (AGO). Plusieurs pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique ont participé à ces grandes retrouvailles.

Le Niger était représenté à cette AGO par le président de la Fédération nigérienne de Maracaña et disciplines associées (FENIMADA), M. Ari Mai Adamou. Présidée par le responsable de la FIMA, l’Ivoirien Bleu Charlemagne, cette assise d’Abidjan a permis de faire le bilan de 2019 dont la Coupe d’Afrique de Maracaña, tenue à Conakry, en Guinée, mais aussi faire des projections pour les prochaines années.

Ainsi, cette AGO de la FIMA, tenue par visioconférence, a pris d’importantes décisions, selon le président de la FENIMADA : « Pour cette année 2021, la FIMA compte organiser la prochaine la Coupe d’Afrique de Maracaña ou Mara-CAN, en septembre et octobre 2021, à Cotonou, au Bénin. Pour cela, notre pays, le Niger, prendra part à cette compétition avec nos deux équipes nationales.

Vulgariser le Maracaña

Pour mieux vulgariser le Maracaña, tant en Afrique que dans le reste du monde, et donner aussi la chance aux clubs affiliés de mieux s’exprimer, la FIMA projette aussi d’organiser une Coupe des clubs champions. Il y a, enfin, la proposition d’organiser une compétition continentale des jeunes de moins de 35 ans ». Et Ari Mai Adamou de poursuivre : « Le Maracaña est en train de prendre de l’ampleur dans plusieurs pays, et c’est une chance donnée aux clubs qui doivent, dès à présent, être à jour dans leur préparation aux compétitions. Au Niger, nous allons nous organiser, par conséquent, pour ces deux grands évènements à venir, par la tenue d’un championnat national, afin de dégager nos ambassadeurs ». Face aux difficultés financières qu’elle traverse, et la pandémie du Covid-19, qui a complètement mis les compétitions aux arrêts, le président de la FENIMADA, Ari Adamou, demande à l’État et à certains partenaires de les soutenir, pour cette cause nationale, à travers notamment le Fonds national pour le développement du sport. Avec l’implantation de plusieurs terrains de Maracaña un peu partout, tant à Niamey qu’à l’intérieur, la FENIMADA a un programme d’activités très alléchant qu’elle compte proposer aux clubs et à ses partenaires. La politique que compte prôner Ari Adamou, c’est que le Maracaña se joue dans tous les quartiers de nos différentes villes. Pour ce faire, il demande à tous les clubs, qui ne sont pas à jour ou qui n’ont pas de récépissé, de bien vouloir régulariser leur situation, dans les prochaines semaines, car des sanctions suivront. « Nous voulons reformer la pratique du Maracaña au Niger et certains ne sont même pas en règle » a martelé le Président de la FENIMADA. En effet, selon Ari Adamou, la FENIMADA organisera, juste après le 2ème Tour de la Présidentielle, une Coupe du président de ladite instance, suivie du championnat national. Par conséquent, il appelle tous les anciens footballeurs à rejoindre la grande famille du Maracaña. « Avec ces deux grandes compétitions programmées par la FIMA, le Niger n’a plus droit à l’erreur. Nous ne serions plus de simples figurants, car l’espoir de faire flotter le drapeau national s’annonce » a conclu le Président Ari Adamou.

Ousmane Keita

Niger Inter

GRATUIT
VOIR