Le congrès de notre parti, le PNDS-Tarayya tenu le 30 mars 2019 m’a investi comme son candidat à l’élection présidentielle prévue pour le27 décembre 2020

Il m’incombe maintenant, ainsi que j’en avais pris l’engament à l’occasion de mon discours de clôture dudit congrès ce jour-là, de proposer aux Nigériens le programme à travers lequel je compte mettre en œuvre les principales idées que j’avais alors esquissées. Dans la mesure ou notre parti est au pouvoir depuis 10 ans, l’action que je me propose de mener s’inscrira dans le droit fil du programme de Renaissance mis en œuvre au cours de cette décennie sous l’égide du président de la République, Issoufou Mahamadou.

Il s’agit pour moi de consolider les acquis du travail accompli au cours de ces 10 années et d’avancer vers de nouveaux objectifs tels qu’ils découlent des enseignements critiques que nous avons retenus de notre expérience bien plus complexe que les idées aux moyens desquelles nous l’avions abordée.

Aussi, ce programme sera-t-il libellé : ‘’programme de Renaissance III : consolider et avancer’’. De l’année 2011 à l’année 2020, notre pays a réalisé des avancées réelles dans le sens du raffermissement de la démocratie. Cela se traduit notamment par l’organisation pour la première fois des élections sur la base d’un fichier électoral biométrique, tournant ainsi la page du fichier manuel à la fiabilité aléatoire. Le fondement de la démocratie étant la légitimité populaire du pouvoir, la garantie de la probité des élections est en effet la première des conditions pour la mise en place d’un jeu démocratique authentique.

Outre cette avancée décisive, de la décennie passée aura consacré une amélioration du fonctionnement de toutes les institutions concourant à la mise en œuvre des principes et règles de l’Etat de droit sur les plans administratif, judiciaire et politique. Toutefois de grands défis demeurent dans le domaine de la gouvernance car à l’évidence le seul jeu du fonctionnement formel des institutions n’est pas suffisant pour générer la vertu recherchée à travers l’Etat de droit.

Aussi mettrai-je pour cela un accent particulier sur le fonctionnement de l’administration devant se fonder sur des canons d’une vraie rationalité où la compétence des acteurs doit être le critère décisif dans le choix des différents responsables.

L’autre grand défi de la gouvernance réside dans la prévalence des pratiques de corruption et de concussion dont la persistance, en plus de ses méfaits immédiats sur les plans économique et social, est de nature à décrédibiliser le régime de démocratie et à l’exposer à terme à des risques d’instabilité incompatible avec notre pari du progrès économique et de la prospérité sociale. Aussi m’attellerai-je à promouvoir une gestion des ressources publiques proscrivant la concussion des cadres de l’administration et la corruption de façon générale à travers la mise en œuvre d’une politique de répression énergique de ces tares.

Notre programme pour les 5 années à venir visera donc à consolider les institutions démocratiques et républicaines par l’amélioration de la gouvernance politiques, judiciaire, administrative et locale.

Notre politique dans le domaine de la défense nationale et de la sécurité intérieure quant à elle s’appuiera sur les avancées réalisées au cours de la décennie écoulée. L’épreuve de la lutte contre le terrorisme a permis à nos forces de défense et de sécurité de s’adapter aux défis auxquels elles ont été confrontées.

Sur le plan économique la décennie écoulée a consacré une évolution positive de la situation macroéconomique du pays caractérisée par une croissance moyenne annuelle de 6% et une résilience appréciable face aux chocs exogènes auxquels elle a été confrontée, sur les plans sécuritaire et climatique.

Le présent programme vise à stabiliser le cadre macroéconomique d’une part et à transformer le tissu économique en vue de favoriser une réduction drastique de la pauvreté ainsi que la création de nombreux emplois pour les jeunes. Pour cela l’assainissement des finances publiques sera accéléré dans l’optique de l’amélioration du cadre opératoire de mobilisation des recettes internes ainsi que l’amélioration de la dépense publique.

Mes chers compatriotes,

Le programme que je vous présente prolonge les deux programmes sur la base desquels vous avez deux fois mis le pays entre les mains du Président Issoufou Mahamadou. Grâce à sa sagesse et son patriotisme, grâce à la pertinence de la politique qu’il a mise en œuvre notre pays a connu une décennie de grande stabilité politique et institutionnelle. Cela s’est traduit par des progrès économiques et sociaux substantiels.

Toutefois, du fait de facteurs clairement mis en relief par le présent programme, des défis énormes persistent qu’il va nous falloir affronter avec détermination en vue de réduire sensiblement la pauvreté et donner une espérance à notre jeunesse.

Ce programme dont je vous invite à prendre connaissance sera l’outil dont je me servirai pour réaliser votre rêve de voir notre pays aller de l’avant en assurant une alimentation suffisante aux couches les plus vulnérables de notre société, en garantissant à notre jeunesse une meilleure éducation et de nombreux emplois, en vous assurant à tous plus d’eau potable, de meilleurs services de santé, un  cadre de vie confortable dans un environnement politique et social tranquille et apaisé.

Je serai votre serviteur loyal pour mettre en œuvre ce programme qui est à mes yeux le meilleur instrument de la réalisation de notre destin commun pour les cinq années à venir.

Mohamed Bazoum

Niger Inter

GRATUIT
VOIR