Repoussée en raison de la pandémie du Covid-19 et des inondations qui ont affecté plusieurs régions du Niger, obligeant l’Etat à recaser les sinistrés dans les écoles, la rentrée des classes 2020-2021 au niveau des écoles primaires, secondaires, professionnelles et techniques s’est finalement effectuée le 15 octobre dernier sur toute l’étendue du territoire nationale.

Selon le ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des langues nationales et de l’Education civique, M. Daouda Mamadou Marthé qui donnait le coup d’envoi de cette rentrée à l’école primaire Angela Markel du quartier Goudel de Niamey, « toutes les dispositions sanitaires, matérielles et humaines sont prises par les autorités pour l’effectivité de cette rentée ».

L’occasion pour le ministre Marthé de lancer un appel pressant aux élèves, enseignants et parents d’élèves, de tout mettre en œuvre pour que l’année scolaire 2020-2021 soit celle de la réussite scolaire à tous les niveaux et dans tous les secteurs ».

Mais pour les partenaires sociaux de l’école, notamment les syndicats des enseignants, cette année encore, la rentrée des classes n’a pas suffisamment été préparée par l’Etat. « C’est une rentrée politique », dira sur une télévision de la place, le secrétaire général du syndicat national des agents contractuels et fonctionnaires de l’éducation de base (Synaceb), M. Halidou Mounkaila.

Pour lui, « l’Etat n’a pas su créer les conditions qui devaient permettre aux élèves et enseignants d’effectuer une bonne rentrée scolaire, notamment dans le domaine des infrastructures, tels que les classes et les tables bancs, les matériels didactiques et le personnel d’encadrement qui demeure encore insuffisant sur l’ensemble du pays ».

De son côté, l’Etat insiste que cette rentée n’est pas politique. « C’est une vraie rentrée des classes comme cela a toujours été sous le régime actuel », rétorque le gouverneur de la région de Niamey, Issaka Hassan Karanta qui met en exergue, « la dotation par l’Etat, dans toutes les régions du Niger, des fournitures en quantité suffisante et des matériels didactiques, destinés aux élèves et enseignants afin que l’année scolaire se déroule dans des très bonnes conditions ».

Quarante huit heures après, il se dégage du constat fait par les autorités et non démenti par les syndicats du secteur de l’éducation, que la rentrée scolaire 2020-2021 s’est effectuée dans toutes les régions du Niger.

Une rentrée qui, il faut le souligner, intervient dans un contexte de crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19 qui a conduit le gouvernement à prendre des mesures à observer dans tous les établissements scolaires afin d’éviter la propagation de cette maladie. Il s’agit notamment du port obligatoire des bavettes pour tous les élèves, enseignants et personnel administratif au secondaire, tous les enseignants du primaire, la désinfection des écoles et le renforcement du dispositif de lavage des mains.

Oumar Issoufa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR