Depuis 2005 que la Banque mondiale avait doté l’Autorité de Régulation Multisectoriel (ARM) d’un véhicule de contrôle de spectre pour encourager la régulation du secteur des télécommunications, il a fallu 2018 pour enclencher résolument le processus d’acquisition des équipements haut de gamme. Les mauvaises langues ont même fait courir le bruit pour accuser les responsables de l’ARCEP d’avoir détourné un milliard dans le seul but de saborder cette initiative on ne plus innovante.

C’est par le soutient très conséquent du gouvernement avec deux milliards 600 millions que l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et de la Poste (ARCEP), sous l’impulsion de la présidente du Conseil national de régulation des communications électroniques et de la poste (CNRCEP), Mme Bety Aichatou Oumani,  avait lancé ce processus qui lui a permis d’acquérir 5 véhicules équipés avec plusieurs matériels de contrôle mobile de spectre.

C’est conscient de l’évolution technologique actuelle et des nouveaux problèmes que cette évolution induit pour le contrôle du spectre radioélectrique, que l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et de la Poste (ARCEP) a jugé nécessaire de procéder à l’acquisition et à l’implémentation de systèmes de contrôle du spectre radioélectrique suffisamment souples et efficace pour pouvoir s’adapter à ce nouvel environnement.

Après deux (2) appels d’offre infructueux (un ouvert en 2017 et l’autre restreint en 2018) pour l’acquisition d’un système de contrôle de spectre, l’ARCEP a eu l’autorisation auprès des services compétents, par lettre n°1084/MF/DGCMP/EF du 15 août 2018, pour passer le marché par entente directe avec le constructeur Allemand d’équipements RHODE & SCHWARZ.

Ce constructeur étant leadeur des équipementiers, a été retenu sur la base du fait que des soumissionnaires aux précédents appels d’offres aient proposé ses équipements dont, les spécifications ont par ailleurs été jugées conformes pour l’essentiel, n’eut été les critères d’éligibilités qui n’étaient pas satisfaits. Aussi, les équipements de RHODE & SCHWARZ sont présents dans toute la sous-région.

Toutefois, les équipements prévus lors des précédents appels d’offre ont été revus tant sur le plan de la technologie récente utilisée (équipements qui sont de dernière génération intégrant des possibilités d’extension et de mise à jour) que dans les quantités.

Par conséquent, Il faut comprendre que la structure des prix proposés tient compte de la technologie récente des différents équipements qui sont de dernière génération intégrant des possibilités d’extension et de mise à jour. Par ailleurs, il faut préciser que les coûts unitaires proposés ne s’écartent pas trop de ceux proposés par RHODE & SCHWARZ il y a deux (2) ans à l’occasion d’un appel d’offres quand bien même que les équipements proposés à cette occasion ne sont pas aussi actualisés que ceux proposés dans la cadre de ce projet.

Aussi, cette proposition financée acceptée par l’ARCEP tient compte du risque d’inflation qui peut impacter la deuxième phase, étant donné que le marché est prévu pour être exécuté sur une longue période alors qu’il n’est pas assorti d’une condition de révision des prix.

Autant dire que l’ARCEP se met plus que jamais en ordre de bataille pour respecter les droits du consommateur nigérien face aux opérateurs véreux. Nous disons mention spéciale à l’équipe de l’ARCEP pour cet effort de renforcement des capacités opérationnelles de cette boîte qui occupe une place stratégique pour le Niger.

Tiemago Bizo

Niger Inter

GRATUIT
VOIR