Les partis politiques qui ne sont pas prêts à engager des candidats aux élections régionales et municipales 2020 ou qui doutent de la tenue de ces scrutins dans le délai fixé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ont des gros soucis à se faire.

La convocation du corps électoral pour ces élections, dont le décret a été pris vendredi 11 septembre 2020, par le président de la République, a été une grande surprise pour bon nombre des partis politiques, surtout ceux de l’opposition qui ont passé le plus de leur temps à se chamailler sur des considérations abjectes.

Aujourd’hui, mis devant leurs responsabilités avec la convocation du corps électoral pour les régionales et municipales, ces partis politiques vont devoir s’expliquer devant leurs militants.

En effet, ils sont nombreux, les militantes et militants au sein de certaines de ces formations politiques qui ont beaucoup investi dans leurs localités, en prélude à leur participation auxdits scrutins.

Mais leurs partis politiques sont restés à la traine dans leur encadrement à constituer leurs dossiers de candidature à déposer devant la Cour constitutionnelle.

Au vu du temps imparti, ils seront nombreux (Ndlr : futurs candidats aux élections locales) qui ne pourront pas constituer à temps, leurs dossiers de candidature.

Une situation qui ne serait pas sans conséquences sur la vie de ces partis politiques, surtout ceux qui comptent présenter des candidats aux élections législatives et présidentielles qui ne verront pas leurs militants (victimes des agissements de leurs leaders politiques) se mobiliser pour voter les candidats de leurs partis.

Oumar Issoufa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR