L’Hôtel Radisson Blu de Niamey a servi de cadre pour la cérémonie de lancement du Projet « Appui en vue d’un processus électoral crédible, inclusif, et transparent au Niger », le jeudi 24 septembre 2020, cérémonie placée sous le parrainage du Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Affaires Religieuses et Coutumière.

 

Etant empêché, ce dernier s’est fait représenter par son Conseiller Technique en charge des questions électorales qui, dans son intervention, a, très tôt, expliqué que le présent « appui aux différentes institutions en charge de l’organisation et l’accompagnement du processus électoral est la manifestation éclatante de l’intérêt de l’Union Européenne pour renforcer la crédibilité des élections au Niger mais aussi et surtout renforcer la crédibilité des instituions qui en seront issues ».

En effet, le Projet « Appui en vue d’un processus électoral crédible, inclusif, et transparent au Niger » est un appui de l’Union Européenne qui vise à renforcer des acteurs qui interviennent dans le processus électoral au Niger notamment la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), le CSC (Conseil Supérieur de la Communication) et les organisations de la société civile nigérienne.

D’un montant global de 4,5 millions d’euros, ce projet sera mis en œuvre par l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) et le Réseau Ouest-Africain pour l’Edification de la Paix (WANEP).

Pour sa part, le Président de la CENI, Me Issaka Souna, a, dans l’allocution qu’il a prononcée, fait le déroulé du processus électoral nigérien actuel qui, selon lui, a commencé tout d’abord avec l’enrôlement biométrique des électeurs, l’élaboration et la confection de la liste électorale et sa remise au Ministère de l’Intérieur, de Sécurité Publique et des Affaires Religieuses et Coutumières.

Il a, aussi, rappelé, pour une question de transparence et de crédibilité, que le Fichier Electoral Biométrique a été audité par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Le Président de la CENI a, en outre, salué et remercié l’Union Européenne pour tous les appuis qu’elle apporte à son institution, notamment le renforcement de ses capacités techniques et opérationnelles et au CSC à travers le projet mis en œuvre par l’EISA.

Il a, enfin, rassuré que « la CENI continue inexorablement de jouer son rôle et je réitère son engagement à organiser des élections transparentes, justes et apaisées », tout en appelant les nigériens à « un sursaut national pour la réussite du processus ».

Dr Denisa-Elena IONETE, Ambassadrice de l’Union européenne au Niger,  a, en ce qui la concerne, précisé que son institution, en tant que partenaire historique du Niger, témoigne « chaque jour, l’importance du chemin qui mène les nigériennes et nigériens devant les urnes pour élire leurs représentants à tous les niveaux ».

Ainsi, a-t-elle ajouté, « ils exprimeront leur engagement pour écrire de nouvelles pages de l’histoire du pays et consolider ses fondements démocratiques. En effet, l’investiture, suite à des élections crédibles, des grandes institutions- institution présidentielle, Assemblée nationale, ainsi que des élus locaux – dans le plein respect des dispositions constitutionnelles et des lois du Niger, sera un succès de taille pour le pays, et elle est sans doute l’aspiration de ses citoyens ».

Selon Dr Denisa-Elena IONETE, « l’Union européenne accompagne et soutient le processus électoral en cours au Niger de la façon la plus appropriée afin que celles-ci rencontrent les aspirations des citoyens ».

Etaient présent à la cérémonie du lancement du Projet « Appui en vue d’un processus électoral crédible, inclusif, et transparent au Niger », les présidents des institutions de la République, les représentants du corps diplomatique accrédité au Niger, des organisations internationales et des partenaires techniques et financiers, des organisations de la société civile et plusieurs autres invités de marque.

C’est sous les yeux de ces éminentes personnalités qu’une brève présentation des deux composantes du projet a été faite par les représentants des organisations en charge de sa mise en œuvre.

Il s’agit d’abord du Projet « Renforcer le cadre démocratique et en particulier le processus électoral au Niger », qui vient en appui à la CENI et au CSC. Celui-ci sera mis en œuvre par l’EISA. Il a pour objectifs la pérennisation de la CENI et le renforcement des capacités techniques de celle-ci dans la gestion du processus électoral de 2020-2021. L’EISA va, aussi, toujours dans le cadre de ce projet, le CSC principalement par le renforcement des équipements de monitoring des médias, la régulation et la sensibilisation pour des élections apaisées.

L’« Electoral violence Monitoring, Analysis and Mitigation », projet régional couvrant 11 pays d’Afrique de l’Ouest dont le Niger, sera mis en œuvre, quant à lui, par WANEP, le Réseau Ouest-Africain pour l’Edification de Paix. Il s’attèlera à mettre en œuvre des mécanismes, des mesures de prévention et d’atténuation de la violence électorale pendant les élections législatives et présidentielles 2020-2021 au Niger.

Dans le cadre de cet appui de l’Union Européenne, les Organisations de la Société Civile n’ont pas été laissées à la marge. Celles-ci auront des subventions pour toutes les initiatives qu’elles entreprendront en matière d’information/sensibilisation pour l’éducation civile électorale et pour la mise en place et l’organisation de l’observation électorale.

Enfin, en vue de mettre en œuvre l’initiative « une information professionnelle pour une plus grande participation citoyenne, notamment celle des femmes et des filles »  aux élections de 2020-2021 au Niger, une subvention de 300.000 euros a été octroyée par l’Union Européenne à la Fondation Hirondelle Media for Peace and Human Dignity.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR