Monsieur Yahaya Garba est Secrétaire permanent du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP). Il fait le point sur la dernière session du CNDP tenue le mardi 25 aout dernier à propos du processus électoral en cours.

 

Niger Inter : Que retenir de la dernière réunion du CNDP ?

Yahaya Garba : La dernière réunion du CNDP s’est penchée principalement sur le processus électoral en cours. La Commission Electorale Nationale indépendante (CENI) a été conviée comme d’habitude à ces assises du CNDP pour donner des informations sur le déroulement du processus électoral mais aussi, pour répondre aux préoccupations des partis politiques. Ainsi, dans sa présentation la CENI a parlé principalement de trois (3) points, à savoir : le fichier électoral, l’enrôlement de la diaspora et la carte d’électeur, comme les partis politiques l’ont souhaité. Sur le fichier électoral, la Commission Electorale Nationale Indépendante a donné des assurances sur la remise officielle par le Directeur du fichier électoral biométrique dudit fichier, le 2 septembre 2020 au Président de la CENI. C’est exactement cette date qui a été indiquée dans le chronogramme des élections pour la finalisation de ce fichier.

La CENI a noté que le fichier électoral sera bel et bien audité au grand soulagement des partis politiques présents dans la salle de réunion et même des partenaires techniques et financiers du Niger, à savoir : le représentant de l’ambassadrice de l’Union Européenne, la représentante résidente de la CEDEAO, le représentant de la Coordinatrice du système des Nations Unies et le représentant de la représentante  résidente du PNUD qui ont bien voulu assisté à la réunion.

Dans le cadre de cet audit, trois (3) institutions internationales ont déjà donné leur accord pour sa réalisation. Il s’agit de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) qui a déjà déployé ses experts pour une mission d’exploration au Niger, de la CEDEAO et de l’Union Africaine. En plus, les représentants des groupes des partis politiques feront partie des groupes des experts pour s’assurer de la sincérité de l’audit.

L’autre aspect abordé par la CENI est relatif à l’enrôlement de la diaspora. Le président de la CENI dit avoir pris des dispositions pour effectuer cet enrôlement dès que les conditions seront réunies, c’est-à-dire l’ouverture des frontières et des aéroports des pays qui seront concernés par cet enrôlement. La CENI a dit qu’elle a déjà mené des missions dans les ambassades et consulats de ces pays pour l’identification des sites d’enrôlement. Le budget pour la prise en charge de ces opérations a été débloqué par le Gouvernement.

Le dernier aspect qui a été débattu était lié aux cartes d’électeurs. Certains partis ont émis des inquiétudes sur la possibilité d’un usage multiple des cartes qui seront éditées dès lors qu’elles sont plastifiées. Là CENI a donné des réponses sur les normes de sécurité rendant la carte infalsifiable d’une part et d’autre part mettant en évidence son caractère unipersonnel. Néanmoins, la réunion a demandé à la CENI de prendre toutes les mesures pour empêcher le vote multiple.

Par ailleurs, la CENI a donné des assurances sur le respect des dates des élections. Les élections locales se tiendront le 13 décembre 2020, les élections présidentielles 1er tour couplées aux législatives, le 27 décembre 2020 et le 2ème tour la 20 février 2021 s’il y a lieu.

En divers, le CNDP a donné son accord pour l’adoption du décret portant modalités d’application de la loi instituant le système de quota dans les fonctions électives, au gouvernement et dans l’administration de l’Etat.

Niger Inter : Peut-on dire que les préoccupations des partis politiques ont été prises en compte dans le processus en cours ?

Yahaya Garba : Les préoccupations des partis politiques ont été essentiellement  satisfaites au regard des échanges qui ont été très riches et très ouverts. Les points qui ont été développés par la CENI constituent en fait les aspects sur lesquels les partis politiques ont souhaité échanger, notamment le groupe des partis politiques non affiliés qui a demandé la tenue de cette réunion. Toutes ces préoccupations ont trouvé leurs réponses à l’issue des discussions enrichissantes et plusieurs recommandations ont été faites pour parfaire la conduite du processus électoral 2021.

Niger Inter : Malgré leur boycott de ce processus électoral, les partis politiques de l’opposition ne cachent pas leur intention de participer aux prochaines élections. Comment expliquez-vous cette posture paradoxale de ces opposants qui ont tendance à discréditer la même procédure électorale ?

Yahaya Garba : Je constate effectivement que certains partis politiques de l’opposition se préparent activement pour participer aux prochains scrutins. Au cours de la période de l’enrôlement, ces partis ont occupé activement  leurs places dans les commissions administratives  (CA) et ont mobilisé leurs militants à se faire enrôler.

Pour les critiques sur la conduite du processus électoral, je pense qu’il n’y a rien de grave en cela. L’opposition politique est dans son rôle. Du reste, même au niveau des réunions du CNDP qui se tiennent souvent sans la participation de l’opposition, on a l’impression que celle-ci était dans la salle car les débats ont toujours été houleux au cours de nos assises ces derniers temps. Cela s’explique par le fait que nous sommes à la veille des élections et chaque parti défend ses positions et ses intérêts politiques.

Propos recueillis par EMS

Niger Inter

GRATUIT
VOIR