C’est désormais une tradition pour la Ville de Niamey, les rencontres régulières entre le Président de la Délégation Spéciale, Mouctar Mamoudou, et les chefs coutumiers locaux. Pas plus tard que ce samedi, 18 juillet 2020, la même tradition a été mise au goût du jour sur convocation de Mouctar Mamoudou. De nombreux chefs de quartier et de village de Niamey ont, en effet, envahi la salle de conférence de l’Hôtel de Ville pour échanger et discuter avec lui sur plusieurs préoccupations de l’heure.

La rencontre a été plus que primordiale car la saison pluvieuse est en train de s’installer, avec son corollaire d’intempéries qui mettent mal à l’aise les populations de la Capitale. Elle a été l’occasion de mettre sur la table plusieurs sujets qui méritent d’être débattus afin de faire de Niamey une Capitale où il fait bon vivre.

Devant le parterre de chefs traditionnels qui ont répondu présents à la rencontre, Mouctar Mamoudou s’est, surtout, appesanti sur le plan de zonage des risques d’inondation. A ce sujet, il a donné d’amples explications sur les dispositions prises par son entité afin d’éviter aux populations de Niamey les dégâts inutiles que peuvent engendrer les pluies en cette saison qui s’installe.

« Nous avons prévu de donner à chaque chef de quartier de la Ville de Niamey un plan qui montre le caractère inondable de ces quartiers où les populations se trouvent. C’est  un document d’information, un document qui nous informe du degré d’inondation des zones où nous habitons, ou des quartiers où nous voulons habiter », a-t-il indiqué.

Ce plan de zonage des risques d’inondation est, selon lui, un outil solide d’information et d’aide à la prise de décision pour prévenir et gérer les inondations à Niamey. Il comporte des levés topographiques et des courbes de niveau qui classent les zones inondables en trois catégories : fortes, moyennes et relatives.

En le remettant aux chefs coutumiers, c’est un geste fort de sa part à l’endroit des populations de Niamey pour mieux les informer et attirer leur attention sur les risques qu’elles encourent aux cas où elles n’en tiendraient pas compte avant de construire leurs habitations.

Au cours de la rencontre, la question liée à l’insécurité a été soulevée car celle-ci devient de plus en plus récurrente à Niamey. Elle constitue une des grandes préoccupations face auxquelles le Président de la Délégation Spéciale entend prendre des mesures idoines.

La salubrité est un autre sujet qui a fait l’objet de débats dans la salle de conférence archicomble de l’Hôtel de Ville. A ce propos, il a été question de redynamiser les comités de quartier et de pérenniser les balayages prévus se dérouler tous les derniers dimanches de chaque mois.

A propos de la fête de Tabaski qui s’approche et l’insalubrité qu’elle engendre, Mouctar Mamoudou a saisi l’opportunité de cette rencontre pour informer l’assistance des dispositions prises. Il a souligné aux chefs coutumiers que, sur ce plan, la Ville de Niamey recommande aux populations le charbon minéral comme moyen de griller leurs moutons, leur interdit de circuler avec le bétail en zone urbaine, leur impose d’entreprendre le nettoyage des lieux ayant servi à la grillade tout en veillant à ce que les ordures ne soient pas jetées dans les caniveaux ou sur la voie publique..

Au plan sanitaire, il a tenu à informer les chefs coutumiers que « nous comptons dans les prochains jours entreprendre une campagne de démoustication. Comme vous l’avez constaté l’année passée, cette année aussi nous allons vous accompagner pour faire ce travail. Il faut que vous veilliez  si dans vos quartiers ce travail a été fait ou si ça n’a pas été fait pour réclamer cela ». De la réussite de cette campagne, a-t-il indiqué, dépend le succès de la lutte contre le paludisme qui, chaque année, fait de nombreuses victimes, surtout parmi les enfants de 0 à 5 ans.

Un autre domaine sur lequel le Président de la Délégation Spéciale a donné d’amples éclairages, c’est celui portant sur l’environnement. En effet, au cours de la Fête du 3 août ou fête de l’arbre qui s’approche, des plants seront mis à la disposition des comités de quartiers pour l’opération « 1 quartier 1 espace planté et entretenu » sous la conduite du chef de quartier, a-t-il expliqué.

La dernière partie de la rencontre a été la remise officielle du plan de zonage des risques d’inondation aux différents chefs de quartier et de village qui, chacun de son côté, le mettra à la disposition des populations de son entité comme document de référence pour la construction en toute sécurité de tout type d’habitat.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR