Le Sommet extraordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO sur la crise socio-politique au Mali a pris fin ce lundi après-midi, 27 juillet 2020, sous la présidence de SEM Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président en exercice de la CEDEAO.

Ce sommet qui s’est tenu par visioconférence a demandé « instamment » à ce que plusieurs mesures importantes  soient prises.

Il s’agit notamment de la démission immédiate des 31 députés dont l’élection est contestée y compris le Président du Parlement, une recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle et la mise en place rapide d’un Gouvernement d’union nationale avec la participation de l’opposition et de la Société civile, a précisé le Président en exercice de la CEDEAO, dans un discours de clôture.

Les autres mesures concernent « la mise en place rapide d’une commission d’enquête pour déterminer et situer les responsabilités dans les violences qui ont entrainé des décès et des blessés les 10, 11 et 12 juillet 2020 ainsi que les destructions des biens publics et privés », la mise en place d’un Comité de Suivi de toutes les mesures prises et la mise en place par la CEDEAO « d’un régime de sanctions » contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise.

Le Chef de l’Etat a par ailleurs souligné qu’en tout état de cause, « la CEDEAO sera toujours présente aux côtés du Mali, acteur important des dynamiques communautaires en cours pour l’approfondissement de l’intégration de notre sous-région ouest africaine. »

A H

Niger Inter

GRATUIT
VOIR