Divisés sur les dates proposées par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) en vue de la tenue des différents scrutins prévus en 2020 et 2021 au Niger, les acteurs du processus électoral en cours seraient parvenus à un compromis, apprend-on.

Selon nos informations, « la plénière de la CENI, tenue ce jour 21 juillet 2020, a entériné le réajustement de son chronogramme des élections ». Il ressort de cette révision du calendrier que « les élections locales (régionales et communales) se tiendront le 13 décembre 2020 » et non le 17 janvier 2021 comme initialement prévues.

Si cette information se confirme, il n’y a donc plus de divergences entre la classe politique et la CENI sur le calendrier des élections. En effet, l’opposition politique et les partis non affiliés réclamaient auprès de la Commission électorale, le changement de son chronogramme afin que les élections locales puissent être organisées avant les élections présidentielles premier tour, couplées aux législatives, prévues pour se tenir le 27 décembre 2020.

« Nous restons fermes sur l’organisation des élections locales avant toutes les autres élections, car c’est techniquement faisable », affirmait le groupe des partis politiques non affiliés dans une déclaration rendue publique le 8 juillet dernier.

Aujourd’hui que ce compromis semble être trouvé sans trop de casses, contrairement à ce que certains « ennemis de la démocratie nigérienne le souhaitaient de tous leurs vœux », il revient donc à la classe politique nigérienne dans son ensemble de faire preuve de responsabilité pour aborder ces élections dans la paix et la quiétude sociale. Il y va de l’intérêt de tous les nigériens.

Oumar Issoufa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR