Des individus mal intentionnés, utilisant abusivement les réseaux sociaux à des fins inavouées, ont essayé ces dernières quarante huit heures (48 h), à travers ces canaux de communication qu’ils ont pervertis, de créer la psychose au sein de la population nigérienne.

Comme ils ont l’habitude de le faire sur des questions touchant à la vie de la nation, ces « irresponsables », profitant du spectre de la Covid-19, ont inventé de leur propre chef, une fausse information, faisant état du démarrage dans les écoles primaires, notamment celles de Niamey, d’une « campagne de vaccination contre la pandémie de la Covid-19 ».

Pourtant, il est unanimement reconnu de part le monde que jusque-là, « il n’existe aucun vaccin contre le coronavirus ». La seule arme efficace qui existe, selon l’OMS, « reste et demeure la prévention » à travers l’observance des mesures barrières préconisées par les autorités sanitaires.

Malgré l’évidence, ces « attardés mentaux et fabricants de fake news » vont jusqu’à insinuer, juste pour affoler la population et l’inciter au soulèvement, que cette prétendue campagne de vaccination viserait à « inoculer à titre expérimental ce virus aux enfants nigériens ». Une information totalement « erronée et dénuée de tout fondement », selon la Directrice des immunisations au Ministère de la santé publique, Dr. Souley Rabi Maitournam, lors d’un point de presse qu’elle a animé ce jour, jeudi 4 juin 2020 à Niamey.

« Aucune campagne de vaccination n’a été entreprise ces jours-ci », a-t-elle déclaré,  indiquant qu’il s’agit en fait des « fausses rumeurs relayées par des personnes distillateurs de toutes sortes d’informations sur la toile ».

Elle a tenu aussi à rassurer les parents d’élevés et l’ensemble de la communauté nationale que « le Ministère de la santé publique est un Ministère assermenté qui a en charge la mise en œuvre de la politique sanitaire du pays et de garantir à la population le niveau de santé le plus élevé possible ».

Pour ce faire, a expliqué Dr. Souley Rabi Maitournam, les campagnes organisées par le Ministère de la santé publique sont des campagnes bien planifiées. « Il y a eu toujours dans ce cadre, un processus de planification qui intègre la communauté depuis la planification en passant par la mise en œuvre et l’évaluation », a-t-elle indiqué.

la Directrice des immunisations au Ministère de la santé publique de rassurer une fois de plus l’opinion que, « le gouvernement continuera à protéger la population contre tous les dangers et n’entend pas accepter aucun essai clinique de quelques vaccins que ça soit, encore moins du vaccin contre la Covid-19 qui, pour l’instant, n’est même pas mis au point ».

Dr. Souley Rabi Maitournam de défier en fin « toute personne qui détient la preuve d’un enfant vacciné contre la pandémie de la Covid-19 de se présenter aux services du Ministère de la santé publique ».

Dans le même ordre d’idées, le gouverneur de Niamey, Issaka Hassane Karanta a, au cours d’une rencontre tenue ce jour avec les responsables sanitaires de la région, ceux en charge de l’éducation, les parents d’élèves ainsi que les responsables régionaux en charge de la sécurité, a lui aussi démentie cette « information fabriquée à dessein ».

Une prompte réaction des autorités qui a permis de ramener le calme et la sérénité au sein de la population. Ainsi donc, l’effet recherché par les « fabricants de cette information », à savoir « intoxiquer la population » et réussir à faire échec à la reprise des cours dans les établissements scolaires en vue de la validation de l’année scolaire et académique en cours ne s’est pas produit. Leur plan sordide de créer la psychose et de semer la panique au sein de la population a été déjoué et mis en échec. Reste aux autorités compétentes de sévir en conséquence contre les fabricants de ces « fake news ».

Oumar Issoufa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR