Le Gouvernement nigérien vient d’autoriser la réouverture des lieux de cultes et la levée du couvre-feu à Niamey, c’est du moins ce que nous apprend un communiqué rendu public par le Ministre Porte-parole du Gouvernement, ce mardi 12 mai 2020. Dans le communiqué, il ressort,  en effet, que « le Gouvernement, sur proposition des chefs religieux, après consultation du Comité d’Experts COVID-19 et au vu de la tendance favorable de l’évolution de la maladie à COVID-19 décide de la réouverture des lieux de cultes à compter du mercredi 13 mai 2020 sur toute l’étendue du Territoire National ».

Cette réouverture des lieux de cultes est toutefois autorisée sous conditions puisque le Gouvernement recommande, d’ailleurs, aux Gouverneurs, aux Préfets et aux Maires de veiller à ce que les chefs religieux exigent des fidèles le respect d’un minimum de mesures barrières comme « le lavage des mains au savon ou au gel hydro-alcoolique, la désinfection des lieux de culte avant chaque prière, l’aération des locaux pendant les prières, le port du masque ou de tout autre dispositif en tenant lieu, l’utilisation des tapis individuels pour les fidèles musulmans, l’observation de la distanciation d’au moins un mètre, éviter de se serrer les mains lors des salutations ».

Il demande, aussi, dans le communiqué, à « toute personne qui présente des symptômes tels que la fièvre, la toux, le mal de gorge, les douleurs articulaires ou musculaires et les difficultés respiratoires » de s’abstenir de se rendre aux lieux de cultes et il revient toujours aux autorités régionales et locales de veiller auprès des chefs religieux pour que cela soit respecté tout comme en ce qui concerne la « libération des lieux de culte aussitôt la prière terminée ».
Le Gouvernement invite, ensuite, lesdites autorités régionales et locales « à porter assistance aux chefs religieux dans la mise en œuvre des mesures qui requièrent leurs concours ».

Il faut souligner que la pandémie du Covid-19 a fait des centaines de milliers de victimes dans le monde et continue à faire des ravages depuis son apparition en Chine en décembre 2019. C’est dans le souci de prévenir les populations de cette pandémie que le Gouvernement nigérien a pris un certain nombre de mesures parmi lesquelles on peut citer, entre autres, la fermeture des lieux de cultes et l’instauration d’un couvre-feu à Niamey.

A la date actuelle, notre pays a enregistré 854 personnes testées positives au coronavirus parmi lesquelles 159 sont en cours de traitement, 648 sont sorties guéries et 47 sont décédées.

La mesure actuelle de réouverture des lieux de cultes ne rime en rien à une baisse de vigilance de la part du Gouvernement, apprend-on. En effet, celui-ci entend d’ailleurs poursuivre « ses efforts pour assurer la disponibilité et l’accessibilité des masques pour l’ensemble de la population Nigérienne ».

Il faut retenir que c’est à compter du 13 mai 2020 que la levée du couvre-feu à Niamey entre en vigueur comme l’indique le communiqué du Ministre Porte-parole du Gouvernement.

Toutefois, souligne le communiqué, « en cas de détérioration de la situation en lien avec la réouverture des lieux de cultes, le Gouvernement se réserve le droit de reconsidérer cette décision ».

Avec la propagation de la pandémie du coronavirus dans la mégapole de Kano au nord Nigéria qui fait frontière avec les régions de Maradi et de Zinder, il est difficile d’être à l’abri d’une nouvelle résurgence de cette maladie. Déjà, la ville de Zinder commence à montrer les signes avant-coureurs qu’elle est sur la voie d’être le nouvel épicentre de cette pandémie au Niger.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR