Un communiqué du Ministère de la Défense Nationale en date du 5 mai 2020 nous apprend qu’une position de l’armée nigérienne à 7 km au sud de Diffa, au niveau du Pont Doutchi qui enjambe la rivière Komadougou, frontière naturelle entre le Niger et le Nigéria, a été attaquée par des éléments de la secte Boko Haram, le dimanche 3 mai 2020. En effet, c’est aux environs de 17h 45 que l’attaque a eu lieu et selon le communiqué du Ministère de la Défense Nationale, elle s’est soldée, malheureusement, par « deux morts, trois blessés et des matériels calcinés » du côté des Forces Armées Nigériennes (FAN).

Le même communiqué nous signale qu’au cours « de la même journée, aux environs de 13 heures, une autre colonne de dix véhicules ennemis, en provenance de Tumbun Fulani, localité située à 24 km au nord-est de Bosso, a été interceptée ».

Il précise, en outre, qu’une « action coordonnée entre les forces armées nigériennes et nigérianes appuyées par les partenaires a permis de suivre et d’agir contre cette colonne ennemie. Il en a résulté la neutralisation de cinquante terroristes au niveau du village de Dumba’a, localité nigériane située à 45 km au sud de Toumour ».

Le Ministre de la Défense Nationale adresse au nom du Président de la République, Chef Suprême des Armées, et au nom du Gouvernement, « ses condoléances les plus attristées aux familles des disparues, souhaite un prompt rétablissement aux blessés et apporte ses encouragements aux Forces de Défense et de Sécurité dans leur mission de défense de l’intégrité du territoire national », annonce le communiqué.

Il saisit, enfin, cette occasion « pour saluer la coopération avec les forces partenaires, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, aux côtés des Forces Armées Nigériennes ».

Après le succès éclatant de ‘’l’Opération Colère de Boma’’ conduite par l’armée tchadienne dans les îles du Lac Tchad en vue de les nettoyer de toute présence des éléments de Boko Haram, il est surprenant de constater que subsistent encore assez de terroristes capables de conduire des attaques d’une si grande ampleur dans cette zone comme celle qui a visé le poste frontalier Niger-Nigéria au niveau du pont sur la rivière Komadougou ce 3 mai 2020.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR