Le Niger a fait annuler une réunion du conseil de sécurité des Nations-unies prévue le 14 mai.  En soi, c’est une prouesse diplomatique et la marque du leadership de notre pays sur la scène internationale. Le Niger a eu raison de faire annuler cette réunion dont l’objectif est de faire le procès des armées des pays du Sahel.

Comme par hasard, cette charge accusatrice intervient au moment où nos armées, en particulier celles du Niger et du Tchad, sont en première ligne dans la lutte contre le terrorisme. En attestent, les récentes victoires qu’elles ont enregistrées. Rien que cette semaine, les forces armées nigériennes (FAN ) ont neutralisé plusieurs dizaines de terroristes dans le lit du lac Tchad et détruit leur arsenal de guerre et leurs bases.

C’est donc une troublante coïncidence que le rapport de la Minusma sur les prétendues exactions extrajudiciaires de nos armées soit publié au moment où les terroristes sont dans une mauvaise passe. Que ce soit la Minusma qui produit un tel rapport fait sourire parce que cette structure des Nations unies a fait la preuve de son incapacité à défendre les civils contre les exactions et tueries des terroristes au Mali. Cette structure fortement financée reste piteusement l’arme au pied en se contentant d’être une force de paix dans un contexte de guerre asymétrique. Quelle absurdité !

Il faut le reconnaître, à la suite du ministre de la défense nationale, Pr Issoufou Katambé, que les FAN mettent un point d’honneur dans le respect des droits humains, et de la vie humaine en général. C’est parce qu’elles sont fondamentalement ‘’droitdel’hommistes’’ que nos prisons sont aujourd’hui encombrées de terroristes pris les armes à la main. Quand elles les capturent, elles les remettent à la disposition des autorités compétentes. Ces forces si attachées au respect de la vie humaine ne peuvent pas être celles qui lui portent atteinte. C’est une simple logique. Il faut que l’on soit clair : nos militaires ne peuvent pas accepter de se faire tuer comme des lapins sans réagir.

 Or dans le nord du Mali comme dans le bassin du lac Tchad, il y’a des terroristes en tenue civile. Tous les kamikazes qu’on a connus étaient de cette trempe. Dès lors qu’ils participent aux combats, ils se devaient d’être traités comme des terroristes. Ce sont donc de pures affabulations de certains groupes de pression en mal d’images ou de contrats de prestations de services qui portent ces accusations grossières contre notre armée. L’un des enjeux de cette cabale est sans doute de scier le moral de nos troupes pour permettre la perpétuation du terrorisme et de l’industrie du crime organisé. Beaucoup en tirent profit.

 Les nigériens doivent le refuser en apportant leur soutien aux FAN qui font un travail remarquable. Les nigériens doivent aussi dénoncer cette société de connivence entre certains groupes de pression et les terroristes.

 La preuve, c’est qu’on ne les entend jamais chaque fois que les terroristes tuent les militaires et les civils dans le Sahel. Il faut arrêter d’infantiliser les populations du Sahel en faisant croire que la barbarie est du côté des forces loyalistes. Il ne faut surtout pas se méprendre : quand on démantèle une armée nationale, on démantèle l’Etat. C’est pourquoi, le conseil de sécurité a mieux à faire.

Tiemogo Bizo

Niger Inter

GRATUIT
VOIR