Dr Abdoul-Fatah KANTA est Directeur Scientifique du Centre Sahélien d’Excellence en Ingénierie. Il est titulaire d’une Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) à l’Université de Franche Comté (France) en 2013. Pour information l’HDR, dans le système français, sanctionne la reconnaissance du haut niveau scientifique du candidat, du caractère original de sa démarche dans un domaine de la science, de son aptitude à maîtriser une stratégie de recherche dans un domaine scientifique ou technologique suffisamment large et de sa capacité à encadrer de jeunes chercheurs. Dans l’entretien qui suit, il renseigne sur le Centre Sahélien d’Excellence en Ingénierie installé à Niamey.

 

Niger Inter : Vous menez beaucoup de vos activités d’enseignement et de recherches hors du Niger et notamment en Belgique et au Burkina-Faso voisin. Pourquoi le choix du Burkina Faso et en quoi votre expertise pourrait profiter au Niger ?

 

Dr Abdoul-Fatah KANTA : Je vous remercie de l’opportunité que vous me donnez d’échanger avec tous vos lecteurs. Pour revenir à votre question, il est vrai que la quasi-totalité de ma vie professionnelle se déroule hors du Niger. Mais cela ne m’a pas empêché d’avoir des projets en collaboration avec des collègues basés au Niger. Dans ce sens, j’ai participé soit en tant que coordonnateur soit en tant que responsable technique et scientifique pour un nombre non négligeable de projets de recherche. Cela m’a permis d’avoir une vision d’ensemble de ce qui se passe dans les Universités du pays.

Il y a eu un concours de circonstances et un environnement favorable qui m’ont conduit dans ces pays que vous citez et ailleurs. Dans la vie il faut rester ouvert et disponible à apporter le peu qu’on peut. On apprend toujours des autres et comme on dit « la science n’a pas de frontière ».

Pour le cas du Niger, je pense être plus utile en mettant en place un système de transfert de technologie. Cela doit se faire à travers une unité de recherche et développement (R&D). Je reste persuadé que c’est une voie incontournable pour le développement.

Faut-il alors tout attendre des pouvoirs publics ? De mon point de vue, je pense que non, mais il faudrait bien que la politique apporte tout son soutien à la recherche scientifique.

Fort de cette conviction et avec le soutien de nos partenaires nous avons initié la création d’un centre d’expertise. C’est une idée qui date de 2010 et le centre, dont le siège se trouve à Niamey, a démarré ses activités en 2014. Il est connu sous le nom du « Centre Sahélien d’Excellence en Ingénierie ».

Nos activités sont orientées principalement vers l’ingénierie des matériaux. C’est un domaine qui peut avoir un large champ d’application et notamment dans l’aéronautique, le solaire, les nanotechnologies, les revêtements protecteurs, biotechnologies, environnement, etc.

Nous offrons aussi des formations à la carte ou des appuis en conseil et des prestations de services aux entreprises et collectivités locales.

Niger Inter : Il y a eu récemment la mise en service d’un microscope électronique à balayage au Centre Sahélien d’Excellence en Ingénierie, quel intérêt représente ce type d’appareil pour notre pays ?

Dr Abdoul Fatah KANTA : Il faut savoir que la microscopie électronique à balayage (MEB), ou Scanning Electron Microscopy (SEM) est une technique puissante d’observation de la topographie des surfaces. Elle permet d’obtenir des images avec une résolution à l’échelle nanométrique (soit un milliardième de mètre).

Nous venons d’installer le modèle JSM 5900LV de la firme Jeol avec, en option, les possibilités de microanalyse par spectromètre à dispersion d’énergie (EDX) et spectromètres de longueur d’onde (WDX).

C’est à la fois une technique de contrôle de routine mais aussi une méthode puissante d’investigation.

Ce MEB est aussi doté d’autres fonctionnalités qui permettent d’étudier n’importe quel type de matériau : qu’il soit conducteur ou non.

Avoir cet appareil, Niamey représente un avantage certain. Il faut savoir qu’on ne le trouve qu’au Nigeria et en Côte d’Ivoire (PETROCI) dans l’ensemble de l’espace CEDEAO.

Nous avons également d’autres équipements dans le domaine de l’électrochimie.

A terme, notre ambition est de faire de notre Centre un pôle d’attraction par excellence. Nous travaillons très activement pour y parvenir.

Niger Inter : Une telle ambition ne s’improvise pas surtout lorsque l’on part de rien, comment concrètement allez vers une telle évolution ?

Dr Abdoul-Fatah KANTA : Difficile de parler d’improvisation pour un projet de telle envergure. Notre projet d’installation d’un MEB à Niamey remonte à 2010. C’est un projet longuement réfléchi et dans lequel beaucoup de partenaires sont impliqués. Des partenaires qui ont cru en nous, qui nous ont fait confiance et qui nous ont accompagnés tout au long de cette aventure, cette belle aventure dirais-je !

Parmi ces partenaires je peux citer l’Institut Interuniversitaire des Silicates, Sols et Matériaux (INISMA, Belgique) dirigé par Dr Jacques RENNOTTE, le Service de Métallurgie de l’Université de Mons (Belgique) du Pr Fabienne DELAUNOIS, le Dr Driss LAHEM du centre de recherche Materia Nova (Mons, Belgique) et bien d’autres que je ne peux citer et qui se reconnaitront.

L’un des axes sur lequel nous comptons, c’est d’encourager la coopération internationale. C’est un travail d’équipe par conséquent cela nécessite des qualités humaines pour le travail en collaboration.

Il y aura certes des difficultés et des défis compte-tenu de l’environnement (chaleur, poussière, etc.) pour maintenir en fonctionnement une machine pareille. Mais avec la détermination on finira toujours par arriver. L’effort n’est jamais vain !

Aujourd’hui beaucoup d’équipes envoient leurs travaux dans des laboratoires en Europe pour expertise. A ces équipes nous offrons la possibilité de participer à toutes les étapes d’analyse (compte-tenu de la proximité). Cela aura pour avantage de leur permettre de disposer des résultats dans un délai court et surtout d’investiguer à leurs guises.

Nous sommes ouverts à tous et disposés à discuter de toute idée dans l’intérêt de toutes les parties.

Propos recueillis par Elh. Mahamadou Souleymane

Contact

Centre Sahélien d’Excellence en Ingénierie

abdoul.kanta@cse-engineering.org

Site web : www.cse-engineering.org

Niger Inter

GRATUIT
VOIR