C’est devant un parterre d’invités parmi lesquels des membres de sa famille, des sommités universitaires et autres amis que Mr KANGAYE Sadou a soutenu sa Thèse de Doctorat intitulée : ‘’Réhabilitation nutritionnelle à base des laits F75 et F100 de patients âgés de 6 à 59 mois en phase de stabilisation en milieu hospitalier à Niamey (Niger)’’, le 15 janvier 2020, dans  le grand amphithéâtre de 1000 places de la Facultés des Sciences et Techniques de l’Université Abdou Moumouni de Niamey.

 

Après une présentation plus que brillante, les membres du jury lui ont attribué la Mention très Honorable et leurs félicitations. Ce qui constitue, à n’en point douter, le couronnement de longues années de travail acharné conduit avec abnégation, témérité et ténacité.

L’idée d’un tel travail de recherches a procédé d’un constat fait par le récipiendaire sur la démarche thérapeutique généralement suivie par les structures de prise en charge sanitaire des enfants à bas âge.

En effet, la pratique pédiatrique actuelle n’intègre que très peu, dans sa démarche thérapeutique, les effets déstabilisateurs des affections infantiles, des charges psycho-émotives des mères et de l’environnement sociodémographique sur l’état nutritionnel et la santé de l’enfant. Elle prend, aussi, peu en compte le fait que tout état morbide a pour conséquence un affaiblissement des réserves énergétiques et un bilan azoté négatif souvent non décelables par l’anthropométrie.

S’exprimant face à la presse, à l’issue des délibérations ayant sanctionné son valeureux travail, le désormais Docteur KANGAYE Sadou a expliqué : « quand l’enfant arrive au niveau de nos structures hospitalières, on ne voit pas le côté de son alimentation mais beaucoup plus quel traitement lui faire médicalement. Ce qui nous a amené à nous dire qu’il y a lieu de tirer la sonnette d’alarme et attirer l’attention de nos collègues qu’il est aussi nécessaire et important d’apporter une assistance nutritionnelle à l’enfant avant qu’il ne devienne malnutri. Ce qui nous a conduit à chercher des preuves sur le plan biochimique qui montrent qu’effectivement au niveau nutritionnel les statuts varient ».

Ces travaux de recherches qu’il a menés avec toute la rigueur scientifique qu’il faut, sous la supervision de son directeur de Thèse, le Pr Hassimi Sadou, ont eu pour but de répondre aux questions relatives aux facteurs psychosociologiques, affectifs et environnementaux favorisant la malnutrition chez l’enfant ; aux outils de dépistages précoces des modifications physiologiques (anthropométriques et biochimiques) qu’entraine une malnutrition chez l’enfant ; et aux besoins de trouver des applications diététiques à mettre en œuvre pour atténuer les effets des épisodes morbides sur  l’état nutritionnel des patients.

Les résultats obtenus dans le cadre de cette thèse vont, sans doute, révolutionner la pratique des soins pédiatriques qui, au Niger, se caractérise sur le plan nutritionnel par les seules applications diététiques recommandées par le Protocole National de  Prise en Charge Intégrée de la Malnutrition Aiguë globale (PCIMA).

Or, ce protocole souffre d’une grave insuffisance : il ne propose de prise en charge diététique en milieu hospitalier que pour les enfants atteints d’une dénutrition sévère !

« Pourtant, en l’absence d’une intervention diététique, tout état morbide expose le patient  à  un risque nutritionnel certain entraînant, du coup, un affaiblissement des réserves énergétiques et un bilan azoté négatif qui, en général, ne peuvent être décelés par l’anthropométrie. L’objectif principal de la présente étude était de déterminer l’impact d’une réhabilitation  nutritionnelle systématique sur la durée de séjour et la stabilisation des patients admis aux urgences pédiatriques. Les caractéristiques sociodémographiques et les antécédents médicaux des patients ainsi que les motifs de consultation des mères étaient également déterminés » a dit, avec un brin d’insistance, Dr KANGAYE Sadou.

Evidemment, les résultats de la Thèse qu’il vient de soutenir ont eu le mérite de répondre à cette problématique et ont apporté les preuves scientifiques requises.

Son Directeur de Thèse, exprimant toute sa satisfaction sur le travail ainsi réalisé, a tenu à expliquer qu’il s’agissait, dans ce cadre, « de voir si, en associant à la prise en charge thérapeutique une intervention diététique, nous allons diminuer la durée de séjour des enfants en urgence pédiatrique et augmenter aussi le taux de rémission. Les résultats ont été très concluants, la durée de séjour a diminué de 11 jours à 4, et on a eu un taux de rémission très élevé. Les résultats sont très excellents, le jury le lui a reconnu et lui a décerné le titre de Docteur de l’Université Abdou Moumouni de Niamey avec la Mention très honorable et les félicitations du jury ».

Dr KANGAYE Sadou a, en outre, souligné que ces résultats ont fait l’objet de six articles scientifiques publiés dans des revues internationales et un septième est en cours de rédaction. Un manuel d’applications diététiques complémentaires à celles du protocole national de prise en charge de la malnutrition a, par ailleurs, été élaboré et mis à la disposition du Ministère de la Santé Publique.

Bassirou Baki Edir

Niger Inter

GRATUIT
VOIR