Chaque année depuis 1986, le troisième lundi de janvier, les Américains honorent la vie et les réalisations du Révérend Martin Luther King Jr., lauréat du Prix Nobel de la Paix de 1964 et la personne la plus associée aux triomphes du mouvement Afro-Américain des droits civiques au cours des années 1950 et 1960. En tant que leader politique, talentueux orateur et défenseur de la lutte non violente, King a joué un rôle central en persuadant ses compatriotes Américains de mettre fin à la ségrégation légale qui prévalait dans le Sud et dans certaines parties d’autres régions, et en suscitant un soutien pour la législation sur les droits civils qui a établi le cadre juridique de l’égalité raciale aux États-Unis. Le dévouement de King de sa vie à la lutte non violente pour l’égalité raciale a incité des millions de personnes à rejoindre des mouvements pour opérer un changement social.

Né le 15 janvier 1929, d’une longue lignée de pasteurs Baptistes, King a grandi à Atlanta, en Géorgie, à une époque où les lois de Jim Crow faisaient de la ségrégation et de la discrimination une réalité quotidienne pour les Noirs. King a fréquenté le Morehouse College d’Atlanta, où il en est arrivé à considérer la religion comme un puissant catalyseur de changement social. Il a obtenu son doctorat à l’école de théologie de l’Université de Boston avant de retourner dans le Sud, où il a été pasteur de la Dexter Avenue Baptist Church à Montgomery, Alabama. King a aidé à organiser le boycott des bus de Montgomery, une campagne d’un an déclenchée lorsque la couturière Rosa Parks a été arrêtée pour avoir refusé de céder sa place dans un bus à un passager blanc. Après que la Cour Suprême a annulé les lois sur la ségrégation dans les bus de l’Alabama en 1956, King a co-fondé la Southern Christian Leadership Conference et lancé une action non-violente pour les droits civils dans le Sud. Il a été influencé par les enseignements du Mahatma Gandhi et s’est rendu en Inde en 1959. Dans un discours à la radio lors de sa visite en Inde, King a déclaré: «Aujourd’hui, nous n’avons plus le choix entre la violence et la non-violence; c’est soit la non-violence, soit la non-existence. » Sa philosophie, inspirée de Gandhi, a aussi inspiré d’autres à changer leurs sociétés par des moyens non violents, de la répression du mouvement de solidarité de l’occupation soviétique en Pologne à la lutte de Nelson Mandela pour mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud.

Rejoignant son père en tant que co-pasteur de l’Église Baptiste Ebenezer à Atlanta, King a continué à utiliser son talent oratoire pour exhorter à mettre fin à la ségrégation et à l’inégalité juridique. Tout au long des années 1960, il a été arrêté lors de manifestations non violentes en Alabama, en Floride et en Géorgie. Pendant son incarcération après une de ces arrestations, en 1963, King a écrit la lettre de la prison de Birmingham, décrivant les fondements moraux du mouvement pour les droits civiques. En août de cette année, il prononça son fameux discours «I Have a Dream» devant plus de 200 000 personnes rassemblées au National Mall de Washington, où il déclara que tout le monde devait être jugé non pas «en fonction de la couleur de la peau, mais en fonction du contenu de leur caractère.» En 1964, en grande partie grâce aux efforts de King, le président Lyndon Johnson a signé le Civil Rights Act, qui interdit la discrimination en matière d’emploi, de logement public et d’autres aspects de la vie. King a continué de faire pression pour qu’une loi garantisse que les Noirs ne puissent pas être privés du droit de vote par des pratiques discriminatoires tels que des tests du niveau d’instruction. À la suite d’une marche commencée à six pâtés de maisons du Pont Edmund Petus à Selma, en Alabama, où les marcheurs des droits de vote dirigés par King ont été repoussés par des soldats et des civils alors qu’ils tentaient de traverser, King a appelé à une marche de 87 kilomètres pour les droits de vote, de Selma à Montgomery. Moins de cinq mois après cette marche, le président Johnson a signé la Voting Rights Act de 1965. Tragiquement, le 4 avril 1968, un assaillant inconnu a assassiné King alors qu’il se tenait sur le balcon devant sa chambre d’hôtel à Memphis, Tennessee.

Un aspect de l’héritage de King est son appel à travailler ensemble pour un avenir meilleur. King a dit un jour: « La question la plus importante et la plus urgente de la vie est: que faites-vous pour les autres aujourd’hui? » C’est pourquoi à partir de 1994, le Jour anniversaire de King est désormais considéré comme une journée nationale de service devenant ainsi maintenant un «jour de service, pas un jour de congé», pour permettre aux Américains de servir leurs communautés. Le service peut être n’importe quelle action, allant du tutorat à la préparation des repas, la visite des personnes âgées, la peinture ou à la collecte des ordures. Le bénévolat est devenu le moyen pour l’Amérique de réfléchir à la vie de King et à ses enseignements.

Les Américains de l’Ambassade des États-Unis ici à Niamey ont également pris à cœur le message de MLK. Par exemple, en septembre, lorsque la montée des eaux du fleuve Niger a menacé d’inonder l’Académie du Sahel, le personnel de sécurité a passé une partie de son week-end à protéger l’école avec des sacs de sable. Il existe également une association de femmes qui se réunit régulièrement et donne du temps et d’autres ressources pour améliorer la vie des Nigériens. L’activité la plus récente de l’association a été de peindre et de collecter des fonds pour rénover sept salles de classe de l’école des sourds de Niamey, en décembre. Nos Marines visitent l’orphelinat Notre-Dame chaque mois pour y passer du temps avec les enfants et collecter des dons de vêtements, chaussures et jouets pour eux. Lors de leur dernière visite en décembre, ils ont déposé plus de 70 nouveaux jouets offerts par la communauté de l’Ambassade.

En décembre, nos collègues militaires stationnés à la base aérienne nigérienne 201 à Agadez ont organisé une clinique dentaire pour les écoliers, couvert un puits sec qui représentait un danger pour la sécurité et organisé une foire artisanale qui a généré 20000 dollars de recettes pour les vendeurs locaux. En plus de ces activités, les Américains font d’innombrables heures de bénévolat au sein de la communauté sur une base individuelle pour aider ceux qui en ont besoin. Je vous encourage également à prendre un peu de temps le 20 janvier pour aider un membre de la famille, un ami, un collègue ou même un étranger. Grâce à notre action collective, la vision de King d’un monde libre et égal dédié à l’expansion des opportunités, à la lutte contre le racisme et à l’élimination de toutes les formes de discrimination peut être une réalité pour tous.

 

Par Eric Whitaker, Ambassadeur des États-Unis au Niger

Niger Inter

GRATUIT
VOIR