La Délégation de l’Union Européenne au Niger a annoncé, dans un communiqué de presse en date du 24 décembre dernier, le décaissement de 22,5 milliards FCFA d’appui budgétaire au profit du Trésor public nigérien. Selon le communiqué, il s’agit d’un appui qui entre dans le cadre de « la mise en œuvre de quatre programmes d’appui budgétaire du programme de coopération Niger-UE ».

La Délégation de l’Union Européenne au Niger précise que « ce décaissement suit l’atteinte de certaines cibles de performance des programmes, déterminées conjointement, ainsi que des critères d’éligibilité générales portant sur des aspects macroéconomiques et des politiques de développement ».

A travers cet important appui financier, a déclaré l’Ambassadeur de l’Union européenne au Niger, Dr Denisa-Elena IONETE, «l’Union européenne soutient les progrès réalisés par l’Etat nigérien en 2019 dans des domaines clés pour ses citoyens ». Plus spécifiquement, indique-t-elle, « ces appuis portent sur la scolarisation des filles, le renforcement de l’enseignement supérieur, l’aménagement des terres pour l’agriculture et l’élevage, l’accès à l’eau et à l’assainissement en milieu rural et la lutte contre l’insécurité alimentaire sévère ».

L’Ambassadeur de l’UE au Niger a par ailleurs expliqué que « ce décaissement a été possible grâce au travail de fonds poursuivis pour renforcer le système judiciaire, notamment améliorer l’accès à la justice et le renforcement de la chaine pénale, mais aussi pour la modernisation des régies financières et l’amélioration de la fiabilité des statistiques ».

Dr Denisa-Elena IONETE de se réjouir aussi que « l’expérience de cette année nous mobilise à intensifier les efforts conjoints avec les autorités nigériennes en 2020 afin d’assurer des réponses aux besoins de la population Nigérienne ».

Le Niger, a-t-elle déclaré « peut compter sur notre soutien afin de relever les défis de développement et de sécurité, y compris à travers l’outil de l’appui budgétaire qui stimule les réformes et le renforcement des secteurs clés ».

Selon la répartition faite de ces appuis budgétaires, « 3,4 milliards de FCFA vont au secteur Education/Formation ;  8,9 milliards FCFA au secteur de la sécurité alimentaire-nutritionnelle et le développement agricole durable (SANAD) et les 10,1 milliards FCFA au titre de la résilience et de construction de l’Etat et du programme AJUSEN qui accompagnent le renforcement des finances publiques, de la santé, de l’environnement des affaires, de la justice, de la migration et de la gestion des frontières ».

 

Omar Issoufa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR