Le président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, s’est adressé à la Nation, le mardi 17 décembre 2019, veille de la célébration du 61ème anniversaire de la proclamation de la République. Une célébration qui intervient une semaine après la tragique attaque d’Inatès ayant fait 71 morts dans le rang des Forces armées nigériennes.

Le message à la Nation de cette année a surtout été marqué par le drame d’Inatès. Au nom de la République, le Chef de l’Etat a une fois de plus, témoigné à nos vaillants soldats morts dans l’honneur et la dignité, toute la reconnaissance de la Nation. Il a par ailleurs annoncé qu’il sera « mis en place le premier Waqf pour les pupilles et veuves de la nation ».

Aussi, pour immortaliser la bravoure du commandant du poste militaire de reconnaissance d’Inates, tombé arme à la main ainsi que ses 70 compagnons d’armes, « la place publique attenante à l’hôtel des postes, portera désormais le nom du Lieutenant-Colonel Hassane Anoutab », a dit le Chef de l’Etat.

Pour la défense de la nation et de l’intégrité du territoire, le président de la République a appelé l’ensemble des Nigériens à s’unir pour combattre le terrorisme, « une guerre que nous gagnerons, plaise à Dieu, quel que soit le temps que cela prendra », a déclaré le président Issoufou.

Outre la question sécurité, le Chef d’Etat s’est prononcé sur la campagne agro-sylvo-pastorale 2019. Cette dernière, a-t-il dit, « n’a pas véritablement répondu à nos attentes car les résultats de son évaluation en cours, indiquent un bilan céréalier à peine équilibré et un bilan fourrager déficitaire », ce qui exposera « près de 2 millions de personnes dans une insécurité alimentaire sévère d’ici août 2020. Toutefois, le président Issoufou a rassuré les Nigériens que « cette situation sera atténuée par les productions issues des cultures irriguées en cours et dont les superficies augmentent d’année en année grâce à la mise en œuvre de l’initiative 3 N ».

En plus, un plan d’urgence pour la période de Novembre 2019 à Mars 2020, évalué à plus de 20 milliards de FCFA a été conçu par le gouvernement pour faire face à la situation.

Ce plan de soutien d’urgence, a ajouté le Chef de l’Etat, « prend en compte la situation de la région de Diffa éprouvée à la fois par la sécheresse, les inondations et l’insécurité où un plan spécifique d’urgence de plus de 10 milliards FCFA est en cours d’exécution ».

Abordant la question du processus électoral en cours, le président de la République a déclaré que « ces élections seront un test important pour notre pays engagé dans la consolidation des institutions démocratiques ».

L’enjeu est de taille, a-t-il ajouté, « car pour la première fois dans l’histoire de notre pays, un président démocratiquement élu passera le témoin à un autre président démocratiquement élu, témoignant ainsi de la solidité de nos institutions démocratiques ».

L’occasion pour le président Issoufou de réaffirmer son engagement à faire en sorte que les prochaines élections soient libres, démocratiques et transparentes conformément à son ambition de bâtir des institutions démocratiques fortes et crédibles au Niger.

Pour ce faire, a dit le Chef de l’Etat, « j’ai déjà instruit le Gouvernement pour qu’il prenne toutes les dispositions afin que la CENI dispose des ressources dont elle a besoin pour mener à bien sa mission » et engage la CENI à « veiller rigoureusement comme elle l’a fait jusqu’ici au bon déroulement du processus électoral ».

A ce niveau, le président de la République a tenu, une fois de plus, à réitérer son appel à toute la classe politique en vue d’un dialogue sincère dans l’intérêt de notre pays, avant de « féliciter et encourager le Premier Ministre, Président du Conseil National de Dialogue Politique pour ses efforts soutenus dans ce sens ».

En matière d’amélioration du climat des affaires, le Chef de l’Etat s’est réjoui des progrès significatifs enrégistré dans ce sens par notre pays qui vient d’ailleurs de gagner 11 rangs dans le classement mondial.

Notre objectif dans ce domaine, a dit le président Issoufou, est que « le Niger figure dans le top 50 mondial et le top 5 en Afrique ».

Au plan diplomatique, a souligné le président de la République, « le Niger continue d’enregistrer des succès éclatants », d’où la confiance placée en lui par les pays membres de la CEDEAO qui lui en ont confié la présidence de l’organisation, suivie de son élection par la communauté internationale comme « membre non permanent du conseil de sécurité des nations unies, l’instance où se prennent les décisions les plus importantes de la gouvernance mondiale ».

En fin, le président de la République s’est réjoui des résultats probants enregistrés depuis l’initiative prise il y a quelques années d’organiser les fêtes nationales dans les régions afin de permettre aux villes chef lieu de se moderniser et de bénéficier des capacités d’accueil notamment des infrastructures sportives et culturelles.

Oumar Issoufa

 

Niger Inter

GRATUIT
VOIR