Ce dimanche 4 aout 2019, l’Organisation de la Jeunesse Tarayya (OJT) a organisé une conférence débat au siège national du PNDS-Tarayya à Zabarkan sous le thème : « Comprendre la démocratie, ses exigences et sa pratique ». Cette conférence s’inscrit dans le cadre de la formation de la jeunesse Tarayya. Elle a aussi été une occasion de commémorer deux évènements historiques inscrits dans notre constitution : le 28ème anniversaire de la Conférence Nationale Souveraine qui s’était ouverte le 29 juillet 1991 et la proclamation de l’indépendance du  Niger le 03 août 1960.

Zakaria Abdrahaman, ancien leader de l’Union des Scolaires Nigériens et figure marquante de la Conférence nationale était le conférencier du jour. Par opportunité pédagogique, le conférencier a sciemment fait économie de la présentation scolastique (académique) pour aller à l’essentiel.

Il a dans un premier temps rappelé la glorieuse histoire du mouvement scolaire nigérien et la lutte syndicale des travailleurs engagés qui ont abouti à la revendication de la démocratie au Niger. Le Projet éducation III, un volet du Programme d’Adjustement Structurel (PAS) imposé aux pays sous-développés dont le Niger était la pomme de discorde qui a permis aux forces démocratiques progressistes, en synergie, de poser la question du multipartisme et par conséquent de la gouvernance du pays.

Dans ce processus, selon le conférencier, les forces démocratiques progressistes regroupées au sein de l’USN, l’USTN et aussi les anciens cadres de l’USN (dont nombreux sont au PNDS-Tarayya) ont joué un rôle d’avant-garde à la différence des forces réactionnaires tapis aujourd’hui dans des partis qui ont maille à accepter et à faire bon ménage avec notre processus démocratique. Aujourd’hui encore, la configuration de la classe politique et la pratique démocratique des uns et des autres met en évidence les démocrates et les antidémocrates, a soutenu Zakaria Abdrahaman.

A travers son survol de l’histoire de notre processus démocratique, le conférencier a déclaré que les gens qui hier étaient opposés à la démocratie le sont encore aujourd’hui. Ces forces rétrogrades ont toujours eu recours aux antivaleurs à savoir l’ethnocentrisme, le tribalisme, le régionalisme pour survivre à la différence du PNDS-Tarayya qui est fondé sur des valeurs universelles et démocratiques.

Le conférencier a fait observer que tous ceux qui ont tenté de prendre de liberté par rapport au processus démocratique au Niger ont échoué. Il a cité en exemple le régime de feu Baré Mainassara (paix à son âme) et la 6ème République de Tandja Mamadou.

En parlant des exigences de la démocratie, Zakaria Abdourahaman a dit que dans la démocratie autant il y a la jouissance des droits et des libertés fondamentales, autant il y a des contraintes et des exigences, comme le respect des lois et règlements de la République à travers une attitude civique, les contributions fiscales des citoyens pour participer au financement des charges supportées par l’Etat au bénéfice de la patrie et la prédisposition du citoyen à contribuer à la défense nationale en temps de paix comme en temps de guerre.

A ce chapitre, le conférencier a observé qu’au moment où ‘’les autorités de la 7ème République s’investissent malgré les défis démographiques, climatiques et sécuritaires à respecter et faire respecter les valeurs démocratiques et à poser les jalons du développement économique et social de notre pays, les antidémocrates d’hier et ceux d’aujourd’hui, qui sont en réalité les mêmes, essayent de tirer la gouvernance du pays vers le bas’’. Et, selon le conférencier, ‘’les Organisations de la société civile qui devraient être un instrument de veille démocratique brillent aujourd’hui par une certaine ‘’monarchisation’’ en leur sein’’. Pour les antidémocrates, la démocratie, c’est abuser de la liberté et se plaindre de ses contraintes et ses exigences, a martelé le conférencier.

Il n’a pas manqué de rappeler aux jeunes participants à cette communication que sa génération dans ses différentes luttes a toujours su concilier l’académique et le syndical au niveau collectif et individuel à la différence de la tendance actuelle où tout semble être focalisé sur le syndical au détriment de l’académique.

Après l’exposé de Zakaria Abdourahaman, un fructueux débat s’en est suivi avec des contributions très enrichissantes des participants. Le conférencier a conclu en disant aux jeunes militants du PNDS-Tarayya : « Vous devrez être fiers d’appartenir à un parti comme le PNDS-Tarayya, un parti fondé sur des valeurs ». Aux antidémocrates, Zakaria Abdrahaman a rappelé que selon Max Weber ‘’seul l’Etat a le monopole de la puissance légitime. « 

EMS

 

 

Niger Inter

GRATUIT
VOIR