Avec ce  revers judiciaire devenu définitif pour Hama Amadou autant dire fin de partie pour le leader de Lumana Fa car comme pour le cas de Abdou Labo, la Cour Constitutionnelle vient de constater la déchéance de Hama Amadou de son titre de député. En effet, c’est le bureau de l’Assemblée nationale en vertu de l’arrêt n° 18-025/CC/crim du 11-04-2018 émanant de la chambre criminelle de la Cour de cassation qui a saisi la Cour Constitutionnelle aux fins de constater la déchéance de Hama Amadou de son siège de député suite à sa condamnation à un (an) d’emprisonnement ferme pour supposition d’enfants.

« Sur requête du bureau de l’Assemblée nationale, la Cour Constitutionnelle a constaté la déchéance du statut de député de Hama Amadou (Moden Lumana), actuel chef de file de l’opposition politique (arrêt 0004/CC/ME du 19 juin 2018). Avec ce cinglant revers judiciaire de Hama Amadou, les lumanistes sont plus que jamais dans une impasse totale malgré leur serment de faire de Hama Amadou leur ‘’candidat quelle que soit l’issue de ce procès’’ (NDLR : déclaration de Lumana avant le délibéré de la Cour de cassation). Serment sur la base duquel Hama a fait son baroud d’honneur depuis Paris à savoir personne ne pourra lui empêcher d’être candidat à la présidentielle de 2021 ou il sera empêché.

En effet, depuis son exil doré parisien, Hama Amadou rêve toujours d’insurrection, du renversement  par la force du régime démocratiquement élu du président Issoufou Mahamadou, appelant, la société civile, les scolaires,  les partis politiques et autres couches de la société à la mobilisation générale pour en finir une fois pour toutes avec les institutions de la République que le peuple nigérien s’est librement choisi. En prenant des risques mesurés dans sa zone de confort, il entend utiliser des moutons de panurge pour braver la justice nigérienne et l’autorité de l’Etat. Du moins, il vient de chanter comme un perroquet le serment de Lumana Fa de faire de lui son candidat en 2021.

Mais à partir du moment où le casier judiciaire de Hama Amadou n’est plus vierge, il y a lieu de se demander comment sa prétention d’être candidat aux élections de 2021 pourra échapper aux mailles de la Cour Constitutionnelle seule institution habilitée à valider les candidatures aux élections présidentielles ?

Les choses sont désormais très claires dans l’esprit de tout républicain que pour Hama Amadou the game is over. Toute tentative de vouloir ramer à contre-courant des lois et règlements de la République placera très certainement Hama Amadou et son parti dans une posture anti républicaine et seront traités comme étant en conflit avec la loi.

Il est certes permis de rêver mais au stade actuel du dossier de Hama Amadou, tout esprit averti sait que la prétention de Lumana et son leader relève plus de la géomancie que du politiquement correct.

En un mot comme en mille, désormais le parti Lumana n’a que deux choix : soit se choisir un autre candidat pendant qu’il encore temps soit s’engager dans la sédition conformément à leur serment d’imposer Hama Amadou comme candidat en 2021….envers et contre tout !

Tiemago Bizo

Niger Inter

GRATUIT
VOIR