Les Nigériens épris de paix et de justice sociale sont déçus, profondément déçus des propos tenus, samedi dernier, au meeting de Hama Amadou à Niamey, par le général à la retraite, Moumouni Boureima dit Tchanga, ancien chef d’état-major des FAN, sous la présidence de Tandja Mamadou. Au vu du caractère gravissime de ces propos, notre responsabilité nous impose de ne pas les évoquer ici, au risque de nous confondre à ce personnage.

Tchanga a honteusement raté sa sortie à ce meeting au regard des « insanités » qu’il a claironnées ce jour-là. Des propos malsains qui ont fait quitter les lieux, beaucoup de personnes qui ont bien voulu assister à ce meeting pour satisfaire leur curiosité.

Pire, c’est au Stade général Seyni Kountché, un lieu plein de sens et de significations pour les Nigériens, un lieu qui porte le nom d’un illustre fils du pays, Seyni Kountché, un Chef d’Etat qui a consacré tout son règne à cultiver l’unité nationale et la cohésion sociale au sein des populations.

L’endroit n’y sied pas pour ce retraité de l’armée nigérienne, heureusement qu’il ne porte plus l’uniforme qui est pour le militaire courtois et exemplaire, le symbole de l’intégrité, de la probité, du sens de l’honneur et de la combativité. De toutes ces valeurs, Tchanga a prouvé aux Nigériens qu’il n’incarne aucune. Et c’est dommage pour notre vaillante Armée Nationale qui a eu, à une certaine époque, à compter dans ses effectifs, un personnage de ce genre, une vraie antivaleur de l’ordre social et républicain.

Pour ses propos va-t-en guerre, appelant les Nigériens à s’affronter afin que certains hommes politiques puissent se faire une place au soleil, Tchanga a fini par perdre le peu de respect et de sympathie que lui témoignent certains de son entourage. Le personnage a tout simplement poignardé les Nigériens dans le dos au moment où toutes les communautés nationales, dans un élan patriotique, luttent contre l’extrémisme violent et ses effets pervers.

Dans tous les cas, Tchanga aura tôt ou tard à assumer ses inconséquences face à l’histoire et devant le peuple Nigérien. C’est pourquoi les démocrates sincères doivent dénoncer avec la dernière énergie ces propos anachroniques et inacceptables dignes d’un comédien en mal d’inspiration.

Oumar Issoufa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR