La Salle de Conférences de l’Hôtel Sahel a servi de cadre pour la cérémonie d’ouverture du Pré-forum des Femmes et des Jeunes de la Région du Bassin du Lac Tchad ce mardi 18 juin 2019. Ladite cérémonie a été présidée par le Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, Mohamed Bazoum.

La rencontre a vu la participation non seulement de plusieurs hautes personnalités, mais aussi des organisations de la société civile, des associations des femmes et de jeunes, des chefs traditionnels et religieux et des universitaires de la Région du bassin du Lac Tchad. Plusieurs allocutions ont été prononcées à cette occasion parmi lesquelles on note celle du Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses lui-même, mais aussi de la Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’ONU pour l’Afrique de l’ouest, de la Coordinatrice du Système des Nations Unies au Niger, de l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Niger et du Représentant du président de la CBLT.

En ouvrant les travaux, le Ministre d’Etat a, d’abord, souligné que  « ce pré-forum organisé en prélude au forum des gouverneurs du bassin du Lac Tchad vise particulièrement à contribuer à élargir l’espace pour l’engagement et la participation des citoyens et à bâtir la confiance entre les différentes couches sociales. C’est pour cette raison que pendant trois jours les jeunes et femmes échangeront sur les questions qui touchent la participation de la société civile aux efforts de stabilisation et de consolidation de la paix dans le Bassin du Lac Tchad, en mettant l’accent sur l’autonomisation des femmes et des jeunes ».

Pour Mohamed Bazoum, le défi qui se pose aux Etats riverains du Lac Tchad « est de définir une approche convergente de la maîtrise et de l’éradication de la menace, pour éviter à la région le destin d’une nouvelle zone grise à la merci de dynamiques incontrôlables ».

«Nous savons tous que les femmes et les jeunes sont les plus vulnérables dans les moments instables. L’instabilité que connait le bassin du Lac Tchad aujourd’hui ne peut qu’exacerber les tensions qui mènent aux violences contre les filles, les femmes et les jeunes. Il est important que, collectivement, nous exigions un plus grand leadership de la part de tous les acteurs, que ce soit les politiciens, les forces de défense et de sécurité, les autorités locales et les chefs communautaires (traditionnels et religieux) pour la consolidation de la paix dans le Bassin du Lac Tchad », a-t-il conclu.

La Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest a, pour sa part, félicité «la Commission du Bassin du Lac Tchad ainsi que l’Union Africaine pour leur engagement dans la lutte contre Boko Haram et tous les efforts que consent la Force Conjointe Mixte Multinationale ».

Elle a, ensuite, attiré l’attention des participants sur la Résolution 2349 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Celle-ci met un accent sur la nécessité d’avoir une stratégie régionale pour lutter contre les causes profondes de la crise née des attaques des éléments de la secte Boko Haram.

La Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest, a, aussi, indiqué que c’est cette perspective qui a guidé la mise en place au niveau du Système des Nations Unies de la stratégie de stabilisation de la Région du Bassin du Lac Tchad.

De son côté, l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne a précisé que son pays soutient la coopération entre l’Union Africaine et la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) dans le cadre de la stabilisation des régions du bassin du Lac Tchad. Il a, par la suite, indiqué que son pays salue la bravoure des éléments de la Force Conjointe Mixte pour leurs efforts dans la lutte qu’ils mènent contre la nébuleuse Boko Haram.

Quant au Représentant du Président la Commission du Bassin du lac Tchad, celui-ci a confié aux participants que la Commission du Bassin Lac Tchad, œuvre à relever outre les défis environnementaux  et de développement, mais aussi, des défis sécuritaires en lien avec la crise née des attaques de Boko Haram dans la zone du bassin du Lac Tchad.

Le pré-forum qui se tient à Niamey a pour objectif général de parvenir à l’inclusion et à la participation effective de la société civile dans le processus de la stabilisation avec un accent sur l’autonomisation des femmes et des jeunes.

On note au sein de cet objectif général trois objectifs spécifiques suivants : présenter la Stratégie Régionale de Stabilisation (SRS) aux participants, ses objectifs et modalités de mises en œuvre en s’appesantissant sur le rôle de la Commission du Bassin du Lac Tchad, le forum des Gouverneurs et la Société Civile ; disposer d’un cadre de concertation entre les participants qui font partie des communautés affectées dans le Bassin du Lac Tchad afin qu’ils partagent leurs expériences sur les modalités de participation effective de la société civile aux efforts de stabilisation avec un accent sur l’appui des femmes et des jeunes ; débattre sur la mise sur pied, le rôle et le cadre d’une plateforme de la société civile organisée et inclusive à l’échelle régionale en vue de soutenir la mise en œuvre de la SRS en veillant à la coordination et à l’inclusivité.

Abdoul Aziz Moussa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR