Les 17 tonnes de résine de cannabis, saisies par l’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS), le 5 mars dernier, sont désormais incinérées. C’est au cours d’une cérémonie d’incinération qui s’est déroulée ce samedi 24  avril 2021, en présence du ministre de l’intérieur et de la décentralisation M. Alkache Alhada, du ministre de la Justice Dr Boubacar Hassan, du Procureur Général ainsi que d’autres personnalités.

Selon M. Moussa Douma Hamidou, président de la Commission Nationale de Coordination de Lutte contre la Drogue (CNCLD), au ministère de la justice, la cérémonie d’incinération des 17 tonnes de résine de cannabis qui s’est déroulée sur un site à la sortie de Niamey, sur la route de Dosso , s’inscrit dans le respect du principe de la légalité. Elle rappelle également la journée du 26 juin de chaque année, consacrée par la communauté internationale, à la lutte contre l’abus des substances illicites et des drogues. Cette même journée, comme l’a souligné le président de la CNCLD, constitue ‹‹ une réponse au problème mondial de la drogue, car d’importants tonnages de substances illicites et de drogues dont les procédures judiciaires les concernant et qui sont terminées, sont incinérés ››.

Ainsi l’incinération des 17 tonnes de résine de cannabis de ce jour, est juste l’aboutissement de  longues procédures légales, enclenchées depuis la saisie de la drogue. Des procédures souvent longues avec plusieurs risques liés à la conservation et à la garde des stupéfiants ou de la drogue saisis, a-t-il déclaré.

C’est justement pour prévenir ces risques, que la loi a prévu aux termes de l’article 139 de l’Ordonnance n’99-42 du 23 septembre 1999, relative à la lutte contre la drogue au Niger que ‹‹ tous les stupéfiants, toutes les substances psychotropes et tous les précurseurs sont saisis et placés sous scellés dès leur découverte ››. En clair, c’est à la fois un contrôle minutieux et un suivi rigoureux qui est réservé à la substance dès qu’elle est saisie par les agents de l’OCRTIS.

D’après les explications de M. Moussa Douma Hamidou de la CNCLD, les scellés sont confectionnés de manière à ‹‹ prévenir tout prélèvement frauduleux de plante ou substance ››. Le numéro de chaque scellé, la description des plantes et des substances ainsi que  l’indication de la nature et du poids des scellés sont clairement notifiés.

Ensuite un Procès verbal établit la date, le lieu et les circonstances de la découverte, puis décrit toute information utile à propos des plantes et substances saisies.

Conformément à l’Ordonnance n°99-42 du 23 septembre 1999, relative à la lutte contre la drogue au Niger, le principe posé est ‹‹ soit la remise des médicaments utilisables dans l’industrie pharmaceutique à une entreprise, soit la destruction après prélèvement d’échantillon à des fins probatoires ››.

Ainsi donc, en respect au principe de la légalité, les 17 tonnes de résine de cannabis rentrent dans la destruction. D’où la cérémonie d’incinération de ce jour.

En définitive, le combat  que mènent l’OCRTIS et la CNCLD contre le trafic des stupéfiants et de la  drogue, est salvateur pour le pays. Reste que les nouvelles autorités les accompagnent davantage tout en les dotant de moyens conséquents, pour le bien-être de tous.

Koami Agbetiafa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR