Débutée dès la deuxième décade du mois d’octobre 2020, la crue guinéenne du fleuve Niger à la station de Niamey se poursuit. A cette occasion, environ 22 milliards de m3 sont attendus à la station  de Niamey d’octobre 2020 à mars 2021.

Déjà, certains quartiers de la rive droite sont sous les eaux. C’est le cas au niveau de l’Université de Niamey et des quartiers environnants, où la montée des eaux est très visible depuis quelques jours. Des parcelles réservées à certaines cultures de contre saison sont sous les eaux et les fleuristes et vendeurs de bois, qui squattent les espaces de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, sont menacés par les eaux.

Selon la note technique de l’Autorité du bassin du fleuve Niger de 2020/2021, le pic de la crue guinéenne à la station de Niamey a commencé pendant la première moitié du mois de décembre 2020 avec une cote maximale qui pourrait varier entre 550 cm et 570 cm pour les débits respectifs de 1864 M3/s et 2037 m3/s.

La cote maximale prévue pendant cette crue guinéenne serait donc entre les seuils d’alerte jaune (530 cm) et orange (580 cm) pour des débits respectifs de 1700 m3/s et 2127m3/s fixés à la station hydrométrique de Niamey. Un volume total d’environ 38 milliards de m3 est prévu de passer à la station de Niamey pendant la période allant de juin 2020 à mars 2021. Environ 16 milliards de m3 ont transit en fin septembre 2020.

Des débits qui reflètent les précipitations enregistrées

D’une manière générale, pour l’année hydrologique 2020-2021, selon les prévisions de l’ABN, le volume total de la crue guinéenne  qui transitera dans  les sous bassins du Delta intérieur du Niger sera important pour satisfaire les différents usages. Cela reflète la situation moyenne des précipitations enregistrées sur le Niger supérieur d’une part et de la situation excédentaire des précipitations enregistrées sur le Niger moyen d’autre part.

Pour mémoire, le fleuve Niger connait deux grandes crues. La grande crue ou locale engendrée par l’apport des affluents intervenant pendant la saison des pluies.  La petite crue ou crue guinéenne engendrée par l’apport des eaux  du haut bassin en Guinée et au Mali, se déroule du mois d’octobre à mars. Elle atteint son pic en fin décembre-janvier.

Almoustapha Boubacar

Niger Inter

GRATUIT
VOIR