« Les prochaines élections au Niger seront une référence pour l’Afrique », déclarait le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l’occasion d’une visite de travail qu’il a effectué à Niamey, le 6 novembre dernier.

En ce jour, dimanche 27 décembre 2020, jour du scrutin présidentiel 1er tour, couplées aux législatives, le Niger est en passe de relever le défi d’une bonne organisation des élections. En effet, dès la veille du scrutin, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) n’a pas lésiné sur les moyens pour placer le matériel électoral dans tous les bureaux de vote. Pour ces consultations électorales, le Niger compte quelques 26 000 bureaux de vote. Comparativement au déroulement du scrutin local du 13 décembre dernier, la CENI s’est prise à temps pour corriger les différents manquements précédemment constatés.

En dehors de quelques retards à l’ouverture de certains bureaux de vote à Niamey, mais très vite rattrapé, le scrutin se déroule dans le calme et la tranquillité sur l’ensemble du territoire selon des témoignages concordants, à l’image de la campagne électorale qui a précédé ces consultations électorales.

Dans la mi-journée, l’Observatoire du processus électoral (OPELE) dit avoir constaté que « la plupart des bureaux de vote ont ouvert dans le pays ». Toutefois, devait-il relever « quelques irrégularités telles que le manque de matériel électoral dans certains bureaux, notamment dans la capitale ».

Des manquements que la CENI dit avoir « réglés dans le temps afin de permettre au processus de se poursuivre normalement ».

Environ 7,5 millions de Nigériens sont appelés aux urnes pour ce scrutin du 27 décembre 2020. Sa réussite consacrera pour la première fois au Niger, une alternance politique pacifique, gage de stabilité pour un meilleur développement du Niger.

Rappelons que pour ce premier tour de la présidentielle, pour lequel le président de la République sortant, Issoufou Mahamadou n’est pas candidat à sa propre succession, ils sont 30 candidats à se lancer dans la course pour le fauteuil présidentiel dans un processus électoral ouvert et transparent.

La parfaite organisation de ces élections où tous les acteurs du processus se sont mobilisés pour leur réussite et le calme qui a prévalu pendant la campagne électorale et lors des opérations de vote en cette journée, laissent présager que « ces élections seront une référence dans la sous région ».

La compilation des résultats des élections débutera aussitôt la fermeture des bureaux de vote. Selon le code électoral à son article 10, la CENI est chargée de : « la centralisation des résultats, de la publication des résultats provisoires et de leur transmission à la Cour constitutionnelle pour les élections présidentielles, législatives et le référendum ».

 Oumar Issoufa

Niger Inter

GRATUIT
VOIR