Inoussa est acteur de la société civile. Dans l’entretien qui suit, il se prononce sur les mesures de prévention du coronavirus au nom de la Coalition Nigérienne contre les Maladies non Transmissibles.

Niger Inter : Le gouvernement a pris une batterie de mesure pour lutter contre la pandémie du couronna virus. Quelle est votre réaction sur ses mesures ?

 

Inoussa Saouna : Merci beaucoup de me permettre de réagir à la situation née de la pandémie mondiale de coronna virus qui a atteint désormais notre pays.  Déclenchée en   chine depuis décembre 2019, la pandémie de corona virus dit COVID 19 est devenue aujourd’hui la pire catastrophe sanitaire de notre temps.

Il fait des ravages au quotidien dans les pays les plus puissants et mieux équipés en matière sanitaire au monde.

Pour faire face à cette situation  en moins d’un mois le Président de la République s’est adressé à la nation nigérienne à deux reprises pour annoncer des mesures afin de protéger les populations nigériennes. Par anticipation le Niger est un des rares pays de la sous-région avant même d’en confirmer aucun cas à avoir pris des mesures allant de la suspension des missions à l’extérieur à la restriction des rassemblements, des prières collectives ect… Dans son dernier message à la nation, après plusieurs réunions de consultations et de concertations, le Président de la République a pris des mesures inédites dans notre pays pour faire face à la propagation du covid 19 mais aussi soulager  tous les secteurs qui seront impactés par les mesures de protections contre cette maladie.

Au-delà des mesures concernant la protection du personnel de santé, le Président de la   République a ordonné le recrutement de 1500 agents pour renforcer nos établissements sanitaires.

 Plusieurs mesures sociales ont été décidées pour accompagner la résilience des couches les plus défavorisées.

 Sur le plan régalien et conformément à la constitution, il a été décrété l’état d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire national, un couvre-feu à Niamey et l’isolement sanitaire de la ville de Niamey. Je salue toutes ces mesures qui s’imposent au vu de la propagation de manière exponentielle de ce virus à travers le monde.

  D’aucuns pensent que le confinement n’est pas une mesure réaliste pour notre pays au regard de la faiblesse de notre tissu économique.  Qu’en pensez-vous ?

Inoussa Saouna : Depuis l’apparition de cette maladie le confinement est apparue la mesure la plus répandue qui s’avère efficace car elle va stopper la propagation de la maladie dans la communauté. Environ 44% de la population mondiale est confinée pour arrêter ce virus.  Evidement ses mesures vont induire un coût économique énorme pour les pays. Mais pour moi aucun sacrifice n’est de trop face à cette pandémie.

Nous sommes à une centaine de cas confirmés dont trois aujourd’hui. On constate ainsi une moyenne de 5 à 6 contaminations par jour. A la lecture des profils des sujets contaminés nous nous acheminons vers une contamination communautaire. C’est la phase la plus grave.

C’est pourquoi je pense en ce qui concerne la ville de Niamey qui est aujourd’hui l’épicentre de la propagation de la maladie, il est nécessaire d’aller plus loin.  Je trouve que le couvre-feu est certes respecté mais il me parait inefficace au regard de notre mode de vie pour stopper cette propagation.

En effet après la fermeture des bars, frontières et mosquées, l’isolement de la ville  et le couvre-feu,  on constate que toute les possibilités de contact en masse chez nous  c’est au  marché, dans les   taxis, et les  faba-faba. Après une nuit sous couvre-feu tôt, le matin les bousculades recommencent dans les marchés et autres moyens de transports publics. Il faut rappeler que le virus circule de jour comme de nuit.

Pour la ville de Niamey  à défaut d’un confinement total, l’unique alternative est la fermeture immédiate de tous les marchés, l’interdiction des taxis et faba faba.   C’est une mesure difficile mais nécessaire.  Dans la moindre mesure, il faudrait également fermer les marchés non alimentaires comme grand marché, Katako, Nouveau marché etc.

Avez-vous un message à l’endroit de la population nigérienne ?

Inoussa Saouna : Mon message est celui de la Coalition Nigérienne contre les Maladies non Transmissibles qui demande aux Nigériens de se protéger :

Se protéger c’est aussi renforcer ses défenses immunitaires en consommant plus de fruits et de légumes. Pour être en forme adoptons une alimentation saine et engageons-nous à pratiquer une activité physique ;

Se protéger c’est aussi Préserver notre système respiratoire en arrêtant la consommation de tabac et de chicha. Fumer augmente le risque de développer une forme sévère de covid 19.

Se protéger c’est aussi limiter nos déplacements au strict minimum, profitons des moments passés à la maison pour nous maintenir en forme en marchant dans la cours ;

Se protéger du coronavirus c’est respecter les mesures de restrictions annoncées ;

Se protéger c’est aussi désinfecter régulièrement tout objet d’utilisation courante (téléphone,  poignets, volant de voiture, interrupteur, ect).

Propos recueillis par Elh. M. Souleymane

Niger Inter

GRATUIT
VOIR